Accès direct au contenu

Comme l’Union Européenne

OM : laustérité réclamée par Margarita ?

MLD Labrune

Après les déboires sportifs, place aux soucis financiers pour l’OM. Au terme d’une saison à oublier le club affichera un déficit estimé à une vingtaine de millions d’euros. Somme que Margarita Louis-Dreyfus ne semble plus disposée à verser.

Tout était pourtant clair à l’arrivée de Vincent Labrune à la direction du club. Le déficit marseillais était prévisible et connu de tous, y compris Margarita, qui se serait engagée, selon Labrune, à combler le trou des finances olympiennes. Oui mais voilà, il n’existe aucune trace écrite de cette promesse, alors que l’actionnaire majeure a désormais un nouveau plan pour redresser la barre.

Margarita change de politique
Le mot d’ordre côté marseillais est désormais « austérité ». Selon L’Equipe, MLD aurait rebroussé chemin afin de ne pas débourser un centime. Son plan ? Vendre les joueurs à valeur marchande élevée, se débarrasser des gros salaires et acheter malin pour renforcer l’effectif. Un projet ambitieux qui devra néanmoins fonctionner, l’OM étant privé des ressources liées à la Ligue des champions (environ 15 millions d’euros), et d’une partie de ses recettes de billetterie en raison des travaux en cours du Vélodrome. Autant de contretemps qui poussent Labrune à estimer le budget marseillais à 100 millions, au lieu de 150 pour la saison prochaine. Une sacrée baisse de train de vie est donc à prévoir, d’autant plus que Margarita refuse de vendre les droits commerciaux du club. Elle pourrait cependant être forcée par la DNCG à un engagement écrit, ce qui l’obligerait également à mettre la main à la poche. Il faut donc vendre, et vite. Si le transfert de Rémy à Tottenham peut rapporter gros, celui de Gignac et son énorme salaire sera beaucoup plus compliquée, car pour vendre, il faudrait déjà trouver un acheteur.

Eric Bethsy