Accès direct au contenu

Foot - Bayern Munich

Bayern Munich : PSG, Real Madrid, Barcelone… Ce constat sans appel d’une icône du Bayern !

Paul Breitner, ancien capitaine du Bayern Munich de 1979 à 1983, a émis son avis concernant le niveau actuel de l’équipe bavaroise.

Les grands soirs de Ligue des Champions sont de retour. Ce mardi, la soirée s’annonce explosive, avec des affrontements dignes des plus grands chocs de la compétition. D’un côté le FC Barcelone, tenant du titre, se déplacera à Londres pour rencontrer Arsenal. De l’autre la Juventus, finaliste de la dernière édition, croisera le fer avec le redoutable Bayern Munich de Pep Guardiola. Le technicien catalan tentera le tout pour le tout cette saison, avant de quitter la Bavière pour Manchester City l’été prochain.

« Juve, PSG, Arsenal n’ont aucune chance face au Bayern »

Selon Paul Breitner, la Juventus n’a aucune chance face au Bayern Munich. D’ailleurs, d’après l’ancien capitaine de l’équipe munichoise et icône du football allemand, à part le FC Barcelone et le Real Madrid, aucune équipe européenne ne peut actuellement rivaliser face aux Bavarois. « La Juventus ? Je ne vois aucun danger. Si on joue à notre niveau, la Juve n’a aucune chance » a assuré l’ancien international allemand, lors d’une interview accordée à Goal. « La même chose vaut pour le PSG ou Arsenal. Face au Real Madrid et au FC Barcelone, on pourrait avoir des problèmes. Là, il nous faudrait jouer à notre maximum, mais pour le reste… ».

« Nous n’avons peur de personne, nous n’avons rien à perdre »

Paul Pogba, qui était remplaçant lors de la dernière confrontation entre la Juventus et le Bayern Munich (0-2, en 2013), croit pourtant en les chances de son équipe. « Le Bayern a des grands joueurs. Mais nous, nous sommes la Juventus » a lancé le Français. « Nous ne sommes pas favoris, bien sûr, mais cela pourrait être une force. Nous n’avons peur de personne et nous n’avons rien à perdre. Jouer contre le Bayern, le PSG ou le Barça n’a pas de différence pour nous, car en Ligue des Champions il n’y a pas de petites équipes ».

Articles liés