Cyclisme
Tour de France : Vingegaard fait une grande promesse sur le dopage

Dominante durant cette édition du Tour de France, l’équipe Jumbo-Visma, en particulier Jonas Vingegaard sont soupçonnés de dopage. Des accusations qui n’étonnent pas le vainqueur de la Grande Boucle, qui affirme tout de même que lui et l’entièreté de ses coéquipiers sont propres, lui qui aurait choisi un autre métier s’il n’était pas possible de performer sans utiliser de produits.

La boucle est bouclée. Pour cette édition 2022 du Tour de France qui commençait à Copenhague, c’est finalement un Danois qui s’est imposé, en la personne de Jonas Vingegaard. Pourtant, c’était bien le Slovène Tadej Pogacar qui était pressenti pour repartir avec le maillot jaune, pour la 3ème fois consécutive. Le coureur de l’équipe UAE Emirates a tout de même réussi à atteindre la première place, qu’il occupait entre les étapes 7 et 11, toutefois, c’est durant cet onzième acte, qui ralliait Albertville et le col du Granon, que son homologue de Jumbo-Visma a fait la différence, en le dépassant, et le laissant avec 2 minutes et 12 secondes de retard. En toute maitrise, Vingegaard conservera son statut de leader du classement jusqu’à Paris, afin de remporter son premier Tour de France. Une victoire écrasante pour les Jumbo-Visma, qui repartent avec 6 étapes sur 20 (2 pour le Danois, 3 pour Wout Van Aert et une pour Christophe Laporte) et se voit logiquement être suspectée.

L'équipe Jumbo-Visma est soupçonnée

Comme chaque année, le vainqueur du Tour de France est accusé de s’être dopé. Par le passé, certains coureurs, comme Alberto Contador (2010) ou Lance Armstrong (de 1999 à 2005) ont finalement bien été contrôlés positifs, et ont vu leurs titres être retirés. Cependant, alors que Jonas Vingegaard, ainsi que le reste de l’équipe Jumbo-Visma sont soupçonnés de dopage, le maillot jaune l’assure, lui et tous ses coéquipiers sont propres : « Les soupçons ne me dérangent pas car je comprends qu'avec le lourd passé du cyclisme, la façon dont il fonctionnait il y a encore une quinzaine d'années, on puisse se poser des questions. Mais notre sport a changé. En ce qui concerne mon équipe, je mets ma main au feu pour chacun de mes coéquipiers. Nous sommes propres à 100% » a-t-il confié, dans un entretien accordé à L’Equipe. Dans le cas de Vingegaard, un parallèle est fait avec son compatriote Bjarne Riis, qui a déjà avoué avoir utilisé des produits durant sa carrière.

Vingegaard, le nouveau Bjarne Riis ?

Vainqueur du Tour de France 1996, Bjarne Riis était le premier Danois à réaliser cette performance. Cependant, en 2007, celui-ci a avoué s’être dopé durant sa carrière, y compris durant son sacre sur la Grande Boucle. Toutefois, si Jonas Vingegaard est bien conscient de cette histoire, le cyclisme a selon lui bien changé : « Je le répète, ce n'est plus le même cyclisme. Je suis né en 1996, l'année de la victoire de Bjarne Riis, je sais que le Danemark a une histoire avec le dopage, comme beaucoup d'autres pays d'ailleurs, quasiment tous en fait. Mais ce n'est pas mon histoire. Je sais comment je fonctionne, comment fonctionne mon équipe et c'est pour cela que je fais entièrement confiance à mes camarades ».

« Je choisirais de ne pas l'être et de ne rien prendre »

Formellement contre le dopage, Jonas Vingegaard est clair, s’il fallait absolument être dopé afin de pouvoir atteindre le monde du cyclisme professionnel, et pouvoir remporter le Tour de France, alors il se serait tourné vers une autre voie : « Je ne veux pas utiliser le dopage, je ne veux pas être comme ça, c'est une conviction profonde. Si, pour être un coureur pro et avoir ce niveau, la condition était de devoir prendre des produits, je choisirais de ne pas l'être et de ne rien prendre. Je préférerais faire autre chose dans ce cas-là, je ne sais pas, un autre métier ».

Articles liés