Accès direct au contenu

Bientôt à Merano ?

Milan : Mexès, un état de forme polémique

Philippe Mexès n’en finit plus de décevoir. Après avoir passé la fin de saison dernière en tribune, le Milan AC ne compte pas plus sur le Français pour la saison à venir.

Philippe Mexès en tribune, une image qui n’a pas eu le même impact médiatique en France qu’en Italie. Sans doute grâce aux faveurs de Laurent Blanc envers le défenseur central. Pourtant, l’affaire fait jaser de l’autre côté des Alpes. L’Italie l’a connu au sommet de son art avec la Roma et en décrépitude avec le Milan AC.

 5e dans la hiérarchie
Après le départ de Nesta et Silva, Mexès pouvait espérer refaire partie des plans de Massimiliano Allegri. Mais le coach rossonero a préféré reconstruire sa charnière centrale avec des éléments extérieurs : Fransceco Acerbi (ex-Chievo Vérone) et Cristian Zapata (ex-Villarreal) et même sur des joueurs déjà présents dans l’effectif tels que Daniele Bonera et Mario Yepès (oui, vous avez bien lu). Philippe Mexès ne fait office que de 5e choix dans l’esprit d’Allegri, une sacrée descente aux enfers pour celui qui était considéré comme le meilleur défenseur de Serie A quelques années plus tôt.

Même plus capable de finir les entraînements
Le poids de Mexès, c’est une des problématiques qui se combine à son niveau de jeu catastrophique. Son ventre bien en chair, visible de tous à l’Euro, lors des échanges des maillots en disait déjà long sur la condition physique du joueur. En Italie, la presse ironisait en se demandant si c’était l’ancien auxerrois ou sa femme qui était enceinte. Furio Fedele du Corriere dello Sport, rapportait même hier que Philippe Mexès s’est présenté à Milanello avec une condition indigne d’un joueur professionnel. A tel point qu’il n’a pu faire qu’une séance d’entrainement sur les deux prévues.

La folle rumeur d’un départ pour Arsenal
Arsène Wenger n’a jamais caché son intérêt pour Mexès, du moins à l’époque où il était au top de sa forme. L’initiative viendrait davantage du Milan AC qui souhaite se débarrasser d’un autre gros salaire. Les émoluments du Français s’élèvent à 4 millions d’euros par an et son contrat s’achève en 2015. Ça fait cher le joueur en tribune. Plus étonnant, les dirigeants milanais solliciteraient un échange avec Nicklas Bendtner, prêté à Sunderland la saison derrière.

Par Adrien Verrecchia