Foot - Mercato - FC Nantes
Après son coup de pression Kombouaré passe aux aveux sur le mercato

Au terme d’un mercato très tendu durant lequel Antoine Kombouare aura menacé de quitter le FC Nantes, le calme revient chez les Canaris. Satisfait d’avoir conservé ses cadres, le Kanak, qui espérait plus de renforts, se montre lucide et scelle son avenir.

Cet été, le mercato a été très chaud du côté du FC Nantes. Et pour cause, après la qualification pour la Ligue Europa, acquise grâce à la victoire en Coupe de France, Antoine Kombouare souhaitait voir son effectif se renforcer. Mais le compteur de recrues est longtemps reste bloqué à trois avec Moussa Sissoko, Mostafa Mohamed et Evann Guessand. Loin d’être suffisant pour le Kanak qui n’a pas hésité à réclamer quatre nouveaux joueurs dans les derniers jours du mercato. Finalement, seul Ignatius Ganago a débarqué. Et Antoine Kombouare n’a pas caché sema déception en conférence de presse, bien qu’il se satisfasse d’avoir conservé trois cadres très convoités sur le marché. 

Kombouare est déçu du Mercato…

« C’est une période éprouvante, dont on sort souvent déçu. Oui, il y a de la déception, mais je suis content du groupe que j’ai. Mon meilleur recrutement, c’est d’avoir gardé Ludovic Blas, Alban Lafont et Moses Simon. Il fallait apporter un plus à ce groupe. On a eu huit départs pour quatre arrivées. Mais dans les départs, il n’y a qu’un seul titulaire et c’est Randal (Kolo Muani). Les quatre joueurs recrutés sont tous de potentiels titulaires. Je le répète, je suis content des joueurs qui composent l’effectif. Les états d’âme, on les met de côté. La chance que j’ai, c’est d’être à Nantes, un club a qui je dois tout. On va jouer le PSG demain, l’Europe la semaine prochaine. Ce sont des perspectives fantastiques. Je suis surtout content que le mercato soit fini », explique le Kanak devant les médias.

… mais décide de rester au FC Nantes

Par conséquent, Antoine Kombouare, qui n’avait pas hésité de menacer Waldemar Kita de quitter son poste d’entraîneur durant le mercato, assure qu’il va bel et bien rester. « Je suis passé à autre chose et j’ai arrêté de rêver. Mon boulot, c’est de trouver des solutions à l’intérieur du groupe dont je dispose. Vous savez, je ne suis pas là pour être copain avec le président, mais pour faire marcher le club ensemble. Le reste, c’est de la littérature. J’ai deux solutions : soit je boude et je me casse, soit je reste et je travaille. J’ai envie de la deuxième option », confie-t-il avant d’afficher ses ambitions pour la saison.

Kombouaré affiche maintenant ses ambitions 

« On met en place des choses intéressantes. On doit faire un championnat serein si on est sérieux. Mais il y a la coupe d’Europe qui arrive. Au-delà de la qualité des adversaires, on doit aussi gérer la longueur des déplacements. Pour le premier, à Bakou, ce sont sept heures de vol. Ils ont réussi tout de suite à être bons et ça a facilité leur intégration. Ils ont consenti beaucoup d’efforts et les anciens ont ouverts grand les bras pour les accueillir. On fera un premier bilan à la trêve de septembre, pour voir si, ce qu’on montre actuellement, peut le faire sur la durée », conclut Antoine Kombouare.

Articles liés