Accès direct au contenu

Foot - Mercato

Mercato : « Soit je postais ce tweet, soit j’allais au club pour balancer des bombes lacrymogènes »

Il était l’acteur de l’un des feuilletons les plus suivis du côté de l’Angleterre. Morgan Schneiderlin, auteur d’un tweet dévastateur à l’encontre de son club suite à sont transfert raté, revient sur cet épisode marquant.

Devenu un membre de l’Équipe de France cet été en rejoignant le groupe des 23 qui ont participé à la Coupe du Monde au Brésil, Morgan a pris une nouvelle dimension et les cadors anglais ont même tenté de l’enrôler cet été. Un départ dans un premier temps envisagé par Southampton, accepté puis finalement avorté par les dirigeants du club. Le Français ne garde aucune rancœur, mais n’oublie pas cet épisode qui l’a marqué au plus haut point comme il le révèle au Telegraph.

POURQUOI SCHNEIDERLIN N’EST PAS PARTI DE SOUTHAMPTON

« Le club m'a toujours dit qu'il me vendrait si une bonne offre arrivait. Entre février et mars, nous avions discuté de mon départ avec mes agents et les dirigeants de Southampton. Nous avions un rendez-vous le 29 juillet avec eux, et nous avions des offres intéressantes à leur proposer avec mes représentants. Mes six années passées à Southampton devaient se terminer ici ». Un rendez-vous qui ne serait pas passé comme prévu suite au départ de Callum Chambers pour Arsenal.

« CE TWEET, ÇA RESTERA UN PASSAGE DE MA VIE »

« Chambers avait signé la veille à Arsenal. Ils se sont dit que les supporters allaient brûler le stade si je partais aussi. Alors ils m'ont dit que je ne partirais pas, qu'ils n'écouteraient pas les offres, que j'allais rester et que je n'avais rien à dire. C'était un choc pour moi (…) Soit je postais ce tweet, soit j'allais au club pour balancer des bombes lacrymogènes, affirme-t-il. Avec ce tweet, je voulais faire quelque chose pour que les gens comprennent cette situation. En cinq secondes, j'ai vu l'ampleur que cela pouvait prendre sur les réseaux sociaux. Ce tweet, ça restera un passage de ma vie. C'était comme une bombe ». Par la suite, l’international français s’est mis en grève durant une semaine, avant de reprendre le chemin des terrains et des filets avec Southampton… Le club qu’il a tant détesté, mais qu’il continue de défendre.

Articles liés