Accès direct au contenu

Foot - Mercato - PSG

Mercato - PSG : Et si Lo Celso était la solution ?

Depuis le début du mercato d’hiver, le PSG cherche à recruter un numéro 6 pour assurer le rôle de doublure de Thiago Motta. Mais la solution pourrait se trouver en interne et se nomme Giovani Lo Celso. Repositionné au poste de sentinelle par Unai Emery, l’Argentin entre de plus en plus dans la rotation et pourrait prendre un rôle important. Décryptage.

Giovani Lo Celso est en train de se faire un nom à Paris. Il est surtout en train de se faire une place dans la rotation d’Unai Emery. Arrivé discrètement l’hiver dernier au PSG, après avoir été prêté six mois à Rosario Central, le jeune argentin n’a pas fait l’unanimité d’emblée. Mais à force de travail et avec une mentalité exemplaire, Lo Celso prend de l’ampleur. Il faut d’ailleurs rendre à César ce qui lui appartient et rappeler que l’ancienne direction sportive du club, extrêmement critiquée, a réalisé un mercato d’hiver 2017 qui porte ses fruits aujourd’hui. Gonçalo Guedes flambe en prêt à Valence, la réussite du recrutement de Julian Draxler n’est plus à prouver, et Giovani Lo Celso progresse donc de manière plus qu’intéressante. À tel point qu’il pourrait rendre des services inattendus au PSG qui cherche toujours à recruter un numéro 6.

Lo Celso, l’homme à tout faire

En effet, contre toute attente c’est bien à ce poste que Giovani Lo Celso s’impose ces dernières semaines. Face à la blessure de Thiago Motta puis celle d’Adrien Rabiot, l’Argentin a assuré dans ce rôle. À tel point que la nécessité du recrutement d’un numéro 6 peut être remise en cause. Associé à Adrien Rabiot et Marco Verratti, Giovani Lo Celso permet au PSG d’être plus équilibré qu’avec Julien Draxler, joueur beaucoup plus offensif. Bien que la présence de l’Allemand dans le milieu à trois puisse être plus adéquate en Ligue 1 contre des équipes très repliées, contre des blocs plus hauts et des équipes joueuses, le profil de Lo Celso paraît plus adapté et plus équilibré. Et il offre encore plus de permutation. Là où Draxler peut avoir du mal sur les replis défensifs, l’Argentin semble quant à lui à l’aise dans les trois rôles. Ainsi, lorsque Lo Celso, Verratti et Rabiot sont alignés ensemble, les trois peuvent permuter sans cesse, car ils sont en mesure d’évoluer aux trois postes du milieu de terrain sans problème. Par conséquent, une fois rodé, ce trio pourrait offrir une parfaite alchimie et se rendre illisible pour l’adversaire.

Suffisant dans les grands matches ?

Toutefois, la véritable interrogation autour de Giovani Lo Celso réside dans sa faculté à se mettre au niveau dans les grands matches, notamment d’un point de vue défensif, lui qui est un numéro 10 de formation. Âgé de 21 ans, le néo-international argentin possède très peu d’expérience dans ce rôle de sentinelle. Et au plus haut niveau ce sera peut-être un peu léger. On a évidemment tous en tête la double confrontation face au Real Madrid. Et avec la fragilité actuelle de Thiago Motta, la question se pose nécessairement d’autant que face au Bayern Munich (1-3), Julian Draxler a montré des signes inquiétants dans les tâches défensives. Mais compte tenu de son profil, c’est difficile de le blâmer. Et évidemment l’association de l’Allemand avec Rabiot et Verratti est alléchante compte tenu de ses productions en Ligue 1, mais la présence de Giovani Lo Celso offre plus d’équilibre, l’Argentin étant désormais capable d’évoluer en sentinelle, contrairement à Draxler. Il serait donc intéressant de voir le natif de Rosario aligné d’entrée face à une équipe qui offre une vraie confrontation. Malgré tout, si Thiago Motta est disponible, il sera l’option numéro 1. Mais la disponibilité de l’Italien ces dernières semaines est très incertaine. Et Giovani Lo Celso peut offrir une vraie solution en interne sans aller recruter. Ce qui arrangerait les finances du PSG, toujours sous enquête du fair-play financier et dont les mouvements seront donc épiés.

L’excellente gestion d’Emery

Mais encore une fois, il faut souligner la gestion d’Unai Emery, très critiqué pour l’utilisation de Giovani Lo Celso. Après ses premières apparitions, nombreux ont été ceux qui ont réclamé un temps de jeu plus important pour le jeune argentin. Mais le technicien basque a décidé de se montrer patient pour ne pas cramer son joueur. Un choix payant puisque son temps de jeu ne cesse d’augmenter de façon régulière. Et trouver une place dans la rotation d’un tel effectif est loin d’être une mince affaire. En commençant par le protéger pour finalement en faire un élément important de sa rotation, le technicien basque a parfaitement géré le natif de Rosario. Mais surtout, il faut également souligner le coup tactique réalisé par Unai Emery. Après avoir replacé avec réussite Julian Draxler au sein du milieu à trois, il a positionné Lo Celso devant la défense, là où personne ne l’attendait. Il est souvent reproché à Emery d’être un mauvais gestionnaire et de ne pas faire de choix, il démontre une nouvelle fois que ces critiques ne sont absolument pas justifiées. Et comme trop souvent, sa part de responsabilité dans la réussite du repositionnement de Lo Celso, et plus globalement dans la gestion de l’Argentin, n’est pas mise en avant. Aujourd’hui, tout le monde demande plus de temps de jeu pour Lo Celso quand ces mêmes personnes s’interrogeaient sur son recrutement il y a un an. Ce revirement de situation est en grande partie dû à Unai Emery à qui il faut accorder beaucoup de crédit dans l’évolution du numéro 18 du PSG.

@Arthur_Montagne

Articles liés