Accès direct au contenu

Foot - Mercato - ASSE

Mercato - ASSE : Romeyer évoque l’éventuelle arrivée d’investisseurs !

Co-président de l’AS Saint-Etienne avec Bernard Caïazzo depuis 2006, Roland Romeyer a affirmé qu’il était ouvert à l’éventuelle venue d’investisseurs du côté du club stéphanois.

Auteur d’un bon début de saison, l’AS Saint-Etienne semble toutefois baisser légèrement de rythme depuis la fin du mois de septembre. Se trouvant actuellement sur une série de trois défaites face à Nice, la Lazio de Rome et Caen, les Verts paraissent en méforme et vont devoir se ressaisir ce samedi face au Gazélec. Une situation qui paraît habituelle pour le club stéphanois, auteur chaque saison de petites baisses de forme. Toutefois, l’ASSE peut compter sur Robert Beric, son attaquant slovène recruté cet été pour environ 5,5M€, somme la plus importante allouée par les dirigeants stéphanois à un recrutement depuis 2011.

« Nous ouvrons nos bras à ceux qui voudraient faire avancer l’ASSE »

« Pour grandir, il faut qu’on aille voir ailleurs. Bernard Caïazzo et moi, nous sommes d’accord pour ouvrir nos bras à des gens qui voudraient faire avancer l’ASSE. Tout simplement parce qu’on aime notre club et qu’on aimerait qu’il soit encore plus compétitif. Nous avons un budget de 68 millions, le 8e de L1. Si on a des investisseurs qui nous proposent de prendre des parts, il n’y a pas de souci. Tout dépend de ce qu’ils sont prêts à mettre, de leur projet. Ce que l’on ne veut pas, ce sont les petits rigolos, les escrocs. Ceux qui viennent nous voir sont la plupart du temps interdits de gérer ou en faillite. On n’a pas encore eu de propositions sérieuses », a ainsi indiqué Roland Romeyer, co-président de l’AS Saint-Etienne dans les colonnes du Progrès ce mercredi.

« Je ne joue pas au casino avec l’ASSE »

« Je n’ai pas envie de craquer un peu dans le recrutement. Le problème, déjà, c’est que je suis petit-fils de paysan et je n’ai pas l’habitude de dépenser l’argent que je n’ai pas. Et je n’ai jamais joué au casino non plus parce que j’ai vu où ça a failli nous mener en 2009. Quand on me dit "si on prend Bergessio, si on prend Sanogo, c’est sûr on va finir 5e." On établit notre budget sur une 5e place, on finit 17e ! », avait auparavant exprimé Roland Romeyer sur les ondes de RMC à propos de la gestion de l’AS Saint-Etienne depuis 2009.

Articles liés