Accès direct au contenu

Foot - Mercato - PSG

EXCLU - Mercato - PSG : Neymar, dans les coulisses du transfert du siècle (partie I)

Dans Le 10 Sport, actuellement en kiosques, nous vous dévoilons les coulisses du transfert du siècle avec l’arrivée de Neymar au PSG pour 222 millions d’euros. Un dossier qui a démarré à l’été 2012.

Été 2012 : Premiers contact PSG-Santos

Nous sommes à l’été 2012. Le Paris Saint-Germain est à l’orée d’un mercato estival XXL, qui doit donner le crédit nécessaire au projet PSG version QSI, lancé l’année précédente avec la signature de Javier Pastore. Alors directeur sportif du club de la capitale, Leonardo se rend au Brésil pour rencontrer le président de Santos, Luis Alvaro Ribeiro, au sujet de Neymar, la grande star de l’équipe. Leo souhaite connaître les contours de l’opération. Bien vite, il se rend compte qu’elle sera injouable pour le PSG. Santos ne veut pas vendre Neymar dès cet été, et le joueur, de son côté, ne rêve que du Real et du Barça. Leonardo repart donc vers Paris sans transmettre d’offre officielle. Il se consolera en faisant signer Thiago Silva et Ibrahimovic.

Lacombe (OL) craque pour Neymar…

Paris a donc dégainé très tôt pour Neymar, qui est une cible de longue date. Moins tôt que Chelsea pourtant. Roman Abramovitch avait en effet reçu le jeune attaquant brésilien dans sa villa à Saint-Tropez l’année précédente, à l’été 2011, pour tenter de le convaincre de signer à Londres. Le milliardaire russe transmet même alors une proposition officielle à Santos, à hauteur de 25 millions d’euros. En vain. D’autres, eux, n’ont même pas essayé… Bernard Lacombe assiste - dès le 11 avril 2009 - à la demi-finale du championnat Paulista entre Santos et Palmeiras. A l’origine, le dirigeant lyonnais vient voir l’attaquant Keirrison, qui figure dans les listings de l’OL pour le prochain mercato estival. Il repart avec des étoiles dans les yeux pour Neymar, qui débute à peine en pro et en qui il voit le futur plus grand joueur du football mondial. Le conseiller du président Aulas se renseigne immédiatement sur son cas, et comprend qu’il est déjà trop tard. Neymar est déjà hors de portée pour l’OL. Il n’a que 17 ans.

2014-2015 : Les premiers doutes de Neymar

Ce qu’il faut bien comprendre lorsque l’on s’intéresse à l’histoire entre Neymar et le Barça, et que l’on cherche à expliquer pourquoi le Brésilien l’a quitté cet été, c’est que lorsqu’il signe au Barça en juin 2013, la direction du club catalan lui expose un projet bien précis. En clair, les dirigeants du Barça, dans le secret des conversations avec ses conseillers, font discrètement passer le message à Neymar qu’il signe à Barcelone en position de star numéro deux derrière Messi, mais que le projet est de le faire passer en numéro un relativement rapidement. En effet, la direction blaugrana fait savoir que Messi sera probablement vendu au prix très fort à Manchester City à l’horizon de deux ans. Or les mois passent, les années passent, et ça n’arrive jamais. Barcelone prolonge régulièrement le contrat de l’attaquant argentin, et Neymar reste dans son ombre. Le doute s’installe donc dans l’esprit de l’attaquant brésilien. Comme grandit également une certaine rancœur en direction du club catalan, dont il estime qu’il ne lui a pas dit la vérité autour de Messi. Ce malaise n’est pas encore au grand jour, mais il ne va pas tarder à affaiblir la relation entre le Brésilien et son club.

Été 2016 : Paris lance son offensive

Nous sommes en juin 2016. Neymar constate qu’une nouvelle fois, aucun départ de Leo Messi ne se profile à l’horizon catalan. Bien au contraire, l’Argentin a prolongé un an auparavant, et les premières bases d’une nouvelle prolongation commencent à être évoquées. L’attaquant brésilien pressent donc qu’il restera le numéro deux du Barça pour de longues années, contrairement à ce qu’on lui avait signifié à son arrivée. Neymar s’entend bien avec Messi, tant sur le terrain qu’en dehors. Aucun problème à ce niveau-là. La MSN qu’il forme avec Suarez détruit tout sur son passage. Mais pour Neymar, l’heure est venue de passer numéro un. Messi et CR7 collectionnent les Ballons d’Or alors que lui en rêve encore. Peut-il le décrocher en restant dans l’ombre de la star argentine ? A l’été 2016, Neymar décide de partir. Alerté de la situation, Manchester United, qui lance son projet XXL avec Mourinho sur le banc, l’approche. Le club mancunien n’est pas le seul. Le PSG, qui veut remplacer Ibrahimovic, sent venir sa chance. Nasser Al-Khelaïfi rencontre le père et conseiller de Neymar à Ibiza dans le courant du printemps. Les bases d’une négociation contractuelle sont jetées. Quelques semaines plus tard, dans le courant du mois de juin, Olivier Létang s’envole pour le Brésil, pour retrouver Neymar, alors en sélection. A cette occasion, le PSG lui transmet une offre concrète de contrat, prévoyant un salaire de 25 millions d’euros net par an. Neymar écoute, mais l’attaquant brésilien n’est pas très chaud pour Paris. Il préfère rejoindre Manchester United et la Premier League. Il dit même « oui » à MU. Un accord contractuel est trouvé, et MU s’apprête à finaliser le deal, les Red Devils étant prêt à payer la clause de sortie de la star brésilienne, alors fixée à 190 millions d’euros. Neymar est à deux doigts de s’engager avec Manchester United, mais en dernière minute, le Barça le rattrape en lui proposant une prolongation de contrat avec une forte réévaluation salariale. Neymar hésite et accepte finalement de prolonger à Barcelone. A-t-il vraiment hésité ou a-t-il surtout instrumentalisé jusqu’au bout les offres du PSG et de MU pour obtenir la prolongation qu’il souhaitait avec Barcelone ? Difficile à dire. Les dirigeants parisiens, eux, acquièrent la conviction qu’ils ont été instrumentalisés et décident de se montrer beaucoup plus vigilants à l’avenir. Au moment de la prolongation, le FC Barcelone veut faire monter la clause de sortie de Neymar à un niveau très élevé. Mais le père du joueur s’y refuse et obtient gain de cause. La clause passera contractuellement de 190 millions à 222 millions le 1er juillet 2017, puis à 250 millions l’année suivante.

A.H.

Articles liés