Accès direct au contenu

Foot - PSG

PSG : Pierre Ménès se paie Cavani et David Luiz…

Plutôt décevant sur le plan offensif dimanche soir face à l’OL (1-1), le PSG a loupé des occasions en or par l’intermédiaire d’Edinson Cavani et David Luiz notamment. Des ratés que n’a pas manqué de souligner Pierre Ménès dans sa critique du match.

Si Anthony Lopes a brillé dimanche soir en écœurant les attaquants du PSG à maintes reprises, plusieurs joueurs parisiens se sont montrés particulièrement maladroits dans le finition. À commencer par Edinson Cavani, qui a loupé plusieurs face à face avec le gardien de l’OL. Néanmoins, sur son blog officiel, Pierre Ménès revient également sur ce raté de David Luiz en première période.

« POUR CHANGER, CAVANI A MANQUÉ… »

« L'entame de match a clairement été à l'avantage des Parisiens avec deux grosses occasions. Pour changer, Cavani a manqué la première en butant sur Lopes. Quant à David Luiz, il n'a pas cadré sa tête alors qu'il était seul face au but. Lyon a progressivement réussi à desserrer l'étreinte. En touchant le poteau, Tolisso a mis son équipe sur les bons rails. Après une superbe action collective et une très bonne passe de Fekir, Njie ne s'est pas fait prier pour ouvrir le score », assure Pierre Ménès, qui se paie donc au passage les deux joueurs du PSG.

« LES JOUEURS SONT CENSÉS CONNAÎTRE LE RÈGLEMENT »

Il évoque ensuite le penalty marqué par Zlatan Ibrahimovic, et précise que la décision de l’arbitre était justifiée : « En seconde période, le PSG a totalement pris la direction des opérations en accumulant les grosses occasions. Cavani a encore raté deux face-à-face et Zlatan, de la tête, a buté par deux fois sur Lopes. Finalement, Paris est revenu au score grâce à un pénalty logiquement sifflé après une faute de Rose sur Verratti. Lopes l'a sorti mais M.Turpin a fait retirer Ibra. Une décision justifiée, dans la mesure où trop de joueurs - à commencer par Bedimo - étaient dans la surface au moment de l'exécution. Une fois de plus, c'est le règlement et les joueurs sont quand même censés le connaître ».

Articles liés