Accès direct au contenu

Foot - PSG

PSG : La presse espagnole répond sèchement à Unai Emery après son message envoyé au Real Madrid !

Alors qu’Unai Emery a publié un message à destination des fans du PSG avant les échéances importantes qui attendent le club de la capitale, la presse madrilène n’a visiblement pas du tout apprécié cette sortie…

La presse madrilène n’a pas perdu de temps pour répondre au message d’Unai Emery qui assurait que « l’OM et le Real Madrid savent qu’ils doivent venir à Paris, mais ils ne savent pas ce qu’ils auront vraiment face à eux. » Un message envoyé au public parisien qui a vocation à lancer la mobilisation générale avant les deux Classicos contre l’OM puis le match retour contre le Real Madrid. Mais ce n’est pas du goût de tout le monde. Juanma Rodriguez, journaliste pour Marca, répond ainsi à l’entraîneur du PSG et ne l’épargne pas, assurant que cela lui rappelle le message de Karl-Heinz Rummenigge en 2014 après la défaite à Santiago Bernabeu (0-1). Résultat, le Bayern Munich avait sombré à domicile (0-4) au match retour.

« Ne crie pas au loup, petit chaperon rouge ! »

« Le message qu’Unai Emery vient de publier sur son site internet ressemble beaucoup à celui de Rummennigge il y a quatre ans. Je ne sais pas ce qu’il se passera le 6-M. J’ai dit l’autre jour que je le sentais comme un piège extra-sportif. C’est possible que le PSG élimine le Real Madrid et c’est tout autant possible que le Real conserve son 3-1 de l’aller et file en quarts de finale. Mais, mon cher Emery, on ne remporte pas 12 Ligues des Champions (écoute-moi bien Unai, une, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix, onze et douze) sans connaître l’adversaire que tu vas affronter. Le meilleur club sportif du XXe siècle le sait : dans deux semaines, il affrontera une grande équipe. Mais à l’aller, il me semble que celui qui ne savait pas contre qui il jouait, c’était toi. Et pourtant, avec Almeria, Valence, Séville, et maintenant le PSG, tu as déjà perdu quinze fois contre l’actuel champion d’Espagne, d’Europe et du monde. Alors… ne crie pas au loup, petit chaperon rouge ! » Reste à savoir si cette réponse engendrera d’autres réactions.

Articles liés