Accès direct au contenu

Foot - PSG

PSG : « Ibrahimovic ? Quel autre joueur en Europe a une influence aussi grande ? »

Zlatan Ibrahimovic, PSG

Alors que Zlatan Ibrahimovic a inscrit un doublé mardi soir lors de la qualification du PSG pour la finale de la Coupe de la Ligue sur la pelouse du FC Nantes, Denis Balbir a partagé son admiration pour le buteur suédois.

Suite à la victoire du PSG sur la pelouse du FC Nantes mardi soir lors des demi-finales de la Coupe de la Ligue (1-2), Denis Balbir n’a pas manqué l’occasion de faire l’éloge de Zlatan Ibrahimovic, auteur d’un doublé. « Constatons une fois de plus que Zlatan Ibrahimovic porte le PSG à bout de bras, sur ses épaules et où vous voulez encore. L'international Suédois a une fois de plus été titanesque dans sa manière de jouer, de montrer les facettes diverses de son talent et de sa volonté. Il ne lâche rien, il a des gestes purs, il trouve le chemin des filets deux fois dans une équipe qui a eu 75 pour cent de possession de balle. Il se procure deux occasions et les filets tremblent. »

« UN REFUS SYSTÉMATIQUE DE LA DÉFAITE »

« Cette faculté à ne jamais renoncer, à porter son équipe, à la guider dans un refus systématique de la défaite même quand elle a des moments d'absence mérite le respect. Quel autre joueur en Europe actuellement a une influence aussi grande sur son équipe ? Zlatan est une sorte de vaccin dont la substance se diffuse lentement mais sûrement sur les autres, un joueur d'un autre type, s’est enthousiasmé Denis Balbir sur son blog. Il surveille les erreurs adverses, sollicite les passes décisives de ses partenaires, harcèle le camp adverse, se fait craindre par sa débauche d'énergie et sa force de frappe dans toutes les positions. »

« LE CAUCHEMAR SI IBRA REJOINT CAVANI À L’INFIRMERIE »

« La saison avançant, Laurent Blanc doit prier pour que ce géant-là ne soit jamais un géant de papier. Personne n'est à l'abri de la tuile et comme une est déjà tombée du toit parisien avec la blessure de Cavani, on imagine le cauchemar du club si Ibra rejoignait Cavani à l'infirmerie, a-t-il ajouté. On a beau avoir un banc fourni, Lavezzi ne donne pas des garanties de finisseur hors pair et si Lucas multiplie les passes décisives il ne marque pas trop non plus. Heureusement nous n'en sommes pas là et évoquer cette hypothèse de blessure n'est pas un appel à la poisse mais une crainte qui doit exister à chaque match dans le subconscient d'un staff, d'une direction et des supporters qui veulent tous que cette saison se termine en triomphe. »

Articles liés