Accès direct au contenu

Foot - PSG

Coupe de France - PSG : « Ibrahimovic ? Je ne le crains vraiment pas ! »

Alors que le Paris Saint-Germain va tenter de réaliser un quadruplé historique en remportant la Coupe de France face à l’AJ Auxerre, Thomas Fontaine, défenseur de l’AJA, a évoqué son duel à venir avec Zlatan Ibrahimovic.

Cette saison, la finale de la Coupe de France ressemble davantage à un affrontement entre David et Goliath, qu’à une confrontation à armes égales. En effet, d’un côté se trouve le Paris Saint-Germain, Champion de France en titre, vainqueur de la Coupe de la Ligue et en quête d’un triplé historique. De l’autre, l’AJ Auxerre, monument du football français qui traîne dorénavant dans le ventre mou du classement de Ligue 2. Un affrontement déséquilibré qui n’effraie pas le défenseur auxerrois, Thomas Fontaine. Le natif de l’île de la Réunion espère faire bonne figure face aux Parisiens, mais surtout il semble impatient de défier frontalement Zlatan Ibrahimovic.

« J’AI ENVIE DE ME CONFRONTER A LUI »

« Bien sûr, c’est LE grand attaquant de la Ligue 1. Celui qui fait parler de lui, sur le terrain, en dehors, dans les médias. Mais j’ai envie de me confronter à lui. Et je ne le crains vraiment pas (…)Dans une compétition comme la Coupe de France, tu peux tomber sur n’importe qui, sur un attaquant de très grande classe comme sur un attaquant a priori moins bon mais vraiment chiant à prendre. Donc je ne me prends pas la tête avec ça, et je n’ai pas d’appréhension particulière parce que je vais me retrouver face à Zlatan », a déclaré de manière sereine le défenseur de l’AJA sur le site de France Football.

« QUITTER LE TERRAIN LA TÊTE HAUTE »

Au-delà de son duel face au Suédois, l’Auxerrois espère avant tout que le club bourguignon arrivera à jouer un mauvais tour à l’ogre parisien : « En face, ce sont quand même les champions de France, tous de grands joueurs. Le principal sera de quitter le terrain la tête haute et pas en se disant : "Putain, j’aurais dû faire ça ou je n’aurais pas dû faire ça, j’aurais dû me donner plus à fond !" Et puis si tout le monde pense que Paris va facilement l’emporter, à nous de leur montrer qu’ils ont tort » a-t-il confié avec détermination.

Articles liés