Accès direct au contenu

Enfin parti ?

PSG : Un match charnière ?

Zlatan

Ce soir, le Paris Saint-Germain a livré sa meilleure prestation de la saison. Point d’orgue de ce bon match, les deux buts inscrits par Zlatan Ibrahimovic en première mi-temps, qui a été la plus aboutie techniquement. De bon augure pour la suite ?

Carlo Ancelotti peut souffler. Il a enfin remporté une rencontre cette saison. Et pas n’importe où, puisque le Paris Saint-Germain s'est imposé sur le terrain de Lille, la première défaite des Dogues dans le Grand Stade (en trois matchs certes). Mais plus encore que la victoire, il faut souligner la manière dont les Blancs sont allés chercher les 3 points, sur le terrain d’un rival.

Un point noir : Pastore

La nouvelle organisation tactique mise en place par Ancelotti au coup d’envoi (4-4-2 en losange), avait pour but de faire le jeu. Objectif atteint, et très rapidement de la part du club de la capitale. Et il était même difficile de faire plus vite. A la 27ème seconde, Ibrahimovic se retrouve face à Mickaël Landreau, et le trompe d’une somptueuse balle piquée (1-0). Et ce n’est rien à côté de l’action pour arriver à ce but. Un long ballon vers ménez, qui d’une aile de pigeon transmet à Maxwell, qui retrouve le Français, avant que l’ancien Romain ne donne le ballon à Ibracadabra. Un jeu de passes exceptionnelles, contre lequel les Lillois n’ont rien pu faire pendant les 45 premières minutes.

Car Jallet and co ont multipliés ces phases collectives, qui leur ont permis de remonter rapidement le ballon, de leur défense à la surface nordiste (combinaison Jallet-Ibrahimovic-Ménez 5’, centre de Jallet pour la tête d’Ibra à la 28’ et 82’). Et ce très bon jeu de passe, il a permis à l’ancien Milanais de redonner l’avantage à la 20’, après un une-deux avec Pastore. Et même s’il a reculé lors du deuxième acte, le Paris Saint-Germain n’a jamais été réellement inquiété par Lille. Carlo Ancelotti tient la surement son match charnière, avec de bonnes intentions, et une défense solide, même si elle a encore pris un but sur corner (Chedjou devance Ibra à la 11ème). Reste un point noir pour le techncien transalpin : la prestation de Javier Pastore. Un chiffre a reflété son match, 1 duel gagné sur 8 tentés. Et mis à part sa passe décisive pour le but d’Ibrahimovic, El Flaco n’a pas été à la hauteur. Mais cela n’enlève le match solide du PSG. Ancelotti s’en servira t-il pour la suite de la saison ? Réponse dans deux semaines contre Toulouse, pour savoir si les Rouges et Bleus sont enfin lancés dans la saison 2012/2013.

Rémi dos Santos