Accès direct au contenu

Cible dans le dos

PSG : Al-Khelaïfi jette le doute sur lavenir dAncelotti

La crise du PSG semble avoir une certaine envie de dépasser novembre pour essayer de venir chatouiller les fêtes. En filigrane, l’avenir de Carlo Ancelotti semble être le sujet fil rouge. En tout cas, les démentis regorgent de sous-entendus, et restent peu convaincants.

La victoire face au FC Porto a permis de mettre un peu de baume au cœur des supporters parisiens, ballottés depuis 10 jours entre un jeu moyen, des défaites et des rumeurs de nouveaux entraîneurs. La sortie de crise devra attendre encore un petit peu, et la déclaration de Nasser Al-Khelaifi après PSG-Porto n’est pas de nature à lever TOUS les doutes entourant l’avenir de Don Carlo.

Une confiance remise en jeu à chaque match

«Aujourd'hui, Carlo est là». Ou comment arriver, en un mot, à jeter le doute sur la pérennité de la présence de Carlo Ancelotti sur le banc parisien. Nasser Al-Khelaifi n’est pas un novice en matière de communication, et il serait malhabile de croire que le « aujourd’hui » est innocent dans le contexte actuel. Tout d’abord, et même si le PSG a été plutôt convaincant face au FC Porto, n’oublions pas que la victoire vient d’une boulette 5 étoiles de Helton, le gardien. Par ailleurs, Ibra a raté beaucoup d’occasions et les Parisiens ont été encore une fois une équipe de contre. Loin des désirs de domination affichés par le projet QSI.

Tout cela pour dire qu’à ce jour, Carlo Ancelotti est dans une période où son avenir est remis en cause à chaque sortie, et la pression ne risque pas de quitter les épaules du staff parisien et les joueurs de si tôt. Il faudra d’abord enchaîner les victoires et séduire pour que les déclarations du président respirent la confiance aveugle. Et encore...

Un changement venu de Doha


Le manque de fermeté dans les déclarations de confiance à Ancelotti ne vient pas forcément du propre sentiment de Nasser. Il ne faut pas oublier que le président n’est pas propriétaire, et est assujetti aux désirs venus du Qatar. Or, comme Le 10 Sport le révèle dans son numéro à paraître le 6 décembre, les plans de Doha ne collent plus avec la filière milaniste misent en place depuis 18 mois.

Nos informations attestent d’un plan élaboré par le Prince Tamim et dans lequel Carlo Ancelotti serait une histoire conjuguée au passé. Les noms cités dans la presse récemment (Guardiola, Wenger et Mourinho) sont de véritables pistes. En tout cas, les tractations existent et les envies des dirigeants du PSG se confirment. Bref, de quoi tirer petit à petit sur la manette d’éjection du staff actuel, manager y compris.

Par Ryad Ouslimani