Accès direct au contenu

Foot - OM

OM - Polémique : La LFP justifie les sanctions après les incidents à Nice !

Après avoir annoncé les sanctions liées aux incidents survenus lors de la rencontre entre l’OGC Nice et l’OM, la LFP a justifié sa décision. 

À la suite des incidents survenus lors de la rencontre entre l’OGC Nice et l’OM le 22 août dernier, la LFP a décidé de faire rejouer le match à huis clos total sur un terrain délocalisé et d’infliger deux points de pénalité, dont un point avec sursis, aux Aiglons. Par ailleurs, Alvaro Gonzalez a écopé de deux matches fermes de suspensions, tandis que Dimitri Payet n’a pris qu’un match avec sursis. Pablo Fernandez, préparateur physique de l’OM, a de son côté écopé d’une suspension ferme jusqu’au 30 juin 2022. Ce mercredi soir, Sébastien Deneux, président de la commission de discipline, a justifié cette décision. 

« Cette décision est à la hauteur de la gravité des incidents »

« Je ne rentre pas dans les détails du dossier, l’audition a duré près de 3h30. L'échelle des sanctions ? Ce qui a été primordial pour nous, c’est le degré d’importance des incidents. C’est un degré extrêmement élevé. Cette décision est à la hauteur de la gravité des incidents qui ont eu un retentissement exceptionnel, qui concerne une atteinte caractérisée à l’intégrité physique de joueurs de football, a confié Sébastien Deneux, dans des propos relayés par RMC. Le match à rejouer ? C’est la décision de la commission de faire rejouer ce match sur un terrain neutre, à huis clos, à 0-0. L’arbitre était présenté lors des auditions. Il nous est apparu plus cohérent de faire rejouer ce match. La volonté de la commission est de rappeler que le sort d’un match ne peut pas dépendre de la décision unilatérale d’un club de reprendre un match. »

Articles liés