Accès direct au contenu

Jeune qui pousse

OM : Abdullah, la caution du centre de formation marseillais

Pour le match aller des barrages de la Ligue Europa disputé sur le terrain du FC Sheriff, Elie Baup avait décidé de titulariser le jeune Rafidine Abdullah. Pour quatre-vingt-dix minutes pleines de promesses.

« Il voit avant les autres ». Le compliment est signé Benoit Cheyrou, passé expert dans l’art de distribuer le jeu, et vise le jeune Rafidine Abdullah, dix-huit printemps au compteur. Le milieu de terrain, qui sort du centre de formation marseillais, a impressionné tout le monde lors de la préparation estivale. Sans même le voir évoluer en compétitions, Cheyrou semblait sûr de son coup : « Il est très sobre. Il joue simple, et il est efficace dans la récupération. C’est un très bon joueur, qui a un super état d’esprit. Il est à l’écoute de tous les conseils ». Après autant de compliments, la prestation d’Abdullah était particulièrement attendue. Titularisé dans la salle des machines phocéenne, au côté de Charles Kaboré, il n’a pas déçu. 

Un jeu de vieux briscard

Il ne fallait bien sûr pas s’attendre à un doublé du jeune joueur, et des crochets par dizaines. Rafidine Abdullah évolue dans un autre registre, celui de la simplicité. Et hier soir en terre moldave, il a rendu une copie presque vierge de ratures. Placé devant la défense avec son coéquipier burkinabais, Rafidine participait là à son premier match en tant que titulaire, pour une rencontre officielle. Un manque d’expérience resté caché toute la rencontre. On l’a ainsi vu, tel un vieux briscard, réclamer de nombreux ballons dans les pieds, pour ensuite les dispatcher, sans jamais multiplier les touches de balles. Dans une équipe où certains joueurs ont parfois tendance à vouloir faire la différence individuellement, son sens exacerbé du collectif tranche. Et fait plaisir à voir.

« Un match propre »

Sa prestation tout en simplicité n’a pas manqué de plaire aux observateurs. Ainsi, dans son commentaire d’après-match, le Phocéen relatait : « Un match propre. On pouvait s'y attendre même si on regrette un peu le manque d'initiative de Rafidine qui en a largement les capacités. Mais ne faisons pas la fine bouche, il s'agit de début européen très encourageant ». Le refrain est le même pour les journalistes de la Provence : « Une bonne entrée pour sa première titularisation en équipe professionnelle. Un jeu simple, deux touches de balle maximum, de la disponibilité, du mouvement pour offrir des solutions. Il a connu un petit passage à vide dans le deuxième quart d’heure avec un manque d’autorité sur un contre adverse. Il est resté propre jusqu’au bout. Il avance avec humilité ».

Enfin un jeune du centre de formation

Et si enfin, Marseille sortait un très bon joueur de son centre de formation. Hormis les deux frères Ayew (qui ont encore des choses à prouver), aucun joueur passé en jeune dans le club phocéen ne s’est imposé dans le groupe de l’équipe première. Inconcevable pour un club de Ligue 1 aux ambitions européennes. Mais ce petit Rafidine Abdullah, qui possède un Jean-Philippe Sabo dans chaque jambe, pourrait changer la donne. Elie Baup, son coach, déclarait après la rencontre : « Abdullah n’a pas démérité hier il a fait ce qu’on attendait de lui. J’aimerais qu’on se qualifie pour permettre aux jeunes de jouer et progresser ». Pour réparer cette anomalie...