Accès direct au contenu

Foot - Ligue 1

OL : Claude Puel critique les anciens cadres de l’Olympique Lyonnais !

Claude Puel, OGC Nice

Si Claude Puel ne garde pas un grand souvenir de son passage sur le banc de l’OL (2008-2011), l’entraîneur niçois en veut surtout aux anciens tauliers du vestiaire…

Décidément, la rupture entre l’Olympique Lyonnais et Claude Puel ne s’est pas vraiment faite à l’amiable… Entraîneur du club rhodanien de 2008 à 2011, ce dernier symbolise en effet pour beaucoup de supporters le déclin de l’OL sur la scène nationale. Licencié en 2011 par Jean-Michel Aulas, l’actuel entraîneur de l’OGC Nice a par ailleurs été débouté cette semaine de sa demande d’indemnités par le conseil des prud’hommes. Interrogé aujourd’hui dans les colonnes de L’Équipe, l’ancien entraîneur du LOSC (2002-2008) est revenu sur les raisons de son échec à Lyon.

« POUR EUX, SEULE COMPTAIT LA LIGUE DES CHAMPIONS »

« Le pire moment ? C’est de devoir trouver quotidiennement les mots pour remotiver à chaque match les joueurs et les amener à une concentration qui devrait être naturelle. C’est frustrant de devoir répéter des choses qui sont l’essence même du métier. Ce n’est pas naturel en France. J’ai connu cela à Lyon, avec des joueurs qui avaient beaucoup donné pour obtenir tous ces titres et qui n’avaient plus de motivation pour le championnat. Il y avait l’obligation de se renouveler, alors que, pour eux, seule comptait la Ligue des Champions. Là, leur écoute était extraordinaire mais, dès qu’on retrouvait le quotidien du championnat, il fallait ramer pour les avoir psychologiquement prêts. Ce travail à refaire sans cesse, c’est un challenge à relever constamment », a-t-il indiqué.

« MON AVENIR ? JE NE M’INTERROGE PAS DU TOUT »

Interrogé par ailleurs sur son avenir à l’issue de la défaite de l’OGC Nice face au PSG vendredi soir (0-1), Claude Puel s’est montré laconique. « Je ne m'interroge pas du tout sur mon avenir (au club). S'il y a des mouvements en fin de saison, ce sera en complète concertation entre les aspects techniques, financiers. Dans mon investissement, je ne pense pas qu'on puisse remettre en doute ma volonté de continuer mon projet à Nice », a-t-il déclaré.

Articles liés