Accès direct au contenu

Foot - OL

Derby ASSE/OL : « Aulas est allé se faire remettre trois vertèbres »

Bernard Lacombe & Jean-Michel Aulas, équipe de France

Une dizaine de jours après la victoire de l’OL à Geoffroy-Guichard, Bernard Lacombe en a profité pour revenir sur le derby et sur les débordements au terme de la rencontre.

Dans un large entretien accordé à Le Progrès, Bernard Lacombe en a profité pour très largement revenir sur le derby remporté par l’OL dans les dernières secondes de jeu à Geoffroy-Guichard. « Il restera dans les mémoires car on est allé là-bas sans nos supporters, a confié le conseiller de Jean-Michel Aulas. La veille, on était tous dans mon bureau avec le président, on a vu des centaines de supporters chanter et investir Tola Vologe, c’était très fort, franchement… »

« RÉMI GARDE A DIT AUX JOUEURS EXACTEMENT CE QUI S ‘EST PASSÉ »

« Rémi Garde a dit aux joueurs exactement ce qui s’est passé. Nous étions très compacts. Et on a pas mal récupéré de deuxième ballon parce que l’ASSE sautait beaucoup les lignes. On a marqué ce premier but, c’est bien d’être à deux devant le but, a insisté Bernard Lacombe. A vingt secondes près, l’arbitre pouvait siffler la fin du match. Et d’un seul coup, on s’est retrouvé à au moins cinq dans les vingt-cinq derniers mètres de Saint-Etienne. Il y avait un état d’esprit pour chercher la gagne. »

« JE CROIS QUE AULAS A QUAND MÊME FAIT UN SHOW… »

Le conseiller de Jean-Michel Aulas a également évoqué les incidents concernant Joël Bats, qui a accroché une écharpe du club dans une cage , et le président de l’OL. « Jo Bats l’a juste fait pour protéger le gamin Gorgelin, a justifié Bernard Lacombe. Non mais c’est vrai, Jean-Michel est allé se faire remettre trois vertèbres à l’hôpital. Il ne l’a pas dit à la presse, mais il est allé à Paul Santy, il avait mal. Et il fallait qu’il pose la première pierre quand même… Pendant le match, il a fait des bonds devant le déléguer pour faire arrêter le match car le petit Gorgelin recevait des sacs remplis d’urine. Je crois que le président a quand même fait un show, mais c’était unique, on ne le changera pas, c’est lui, il ne lâche pas. Il ne faut jamais nous enterrer trop vite. »

Articles liés