Accès direct au contenu

Du berger à la bergère

OL : les excuses maladroites de Lacombe

Bernard Lacombe

Bernard Lacombe, qui a « attaqué » les fonctionnaires sans trop le vouloir, a dû faire marche arrière pour éviter une polémique qui aurait pu le dépasser. Ses plates excuses pourraient ne pas le sauver.

On connaît tous la langue bien pendue de l’empêcheur de tourner en rond Bernard Lacombe. A Lyon, le vrai sniper, c’est lui. En début de semaine, le conseiller spécial du président Aulas avait lâché une savoureuse pique à l’attention de quelques joueurs de l’OL. « Les exigences, chez nous, sont importantes, mais, par moments, j’ai l’impression de voir une équipe de fonctionnaires ». La phrase n’est pas passée inaperçue chez nos amis fonctionnaires, qui se sont émus de cette attaque gratuite. Piégé, Lacombe a dû faire marche arrière et publier un communiqué pour présenter ses excuses, qui auraient toutefois pu être plus plates.

Les fonctionnaires sont moins notés que les footeux
« Si la formulation de ma pensée a été maladroite, je prie celui qui a pu s’en trouver blessé de m’en excuser. Je voulais simplement signifier qu’aucun joueur ne peut, dans un sport si exigeant, exercé dans la vie pendant une durée limitée, revendiquer la protection d’aucun statut. Le temps passe ici de plus en plus vite. Rien à voir donc avec l’assurance que peut donner une belle carrière de fonctionnaire qui a ses propres exigences, son rythme et son éthique mais n’est pas notée six ou sept fois en un mois, sous les yeux des caméras avec pour juges des millions de spectateurs ». Cette dernière partie pourrait encore être mal prise par les syndicalistes rebelles même si Lacombe pourrait s’en tirer grâce à une énième pirouette. « Comparaison n’est pas raison, j’en conviens, et on voudra donc bien comprendre que j’ai sans doute été plus habile dans ma carrière avec les pieds qu’avec ma langue ». Malin ce Bernard.