Accès direct au contenu

Partira, partira pas ?

OGC Nice - Rivère : « Des contacts avec des clubs de Ligue 1 pour Ospina »

OGC Nice - Rivère : « Des contacts avec des clubs de Ligue 1 pour Ospina »

Pour sa deuxième saison à la tête de l'OGC Nice, Jean-Pierre Rivère a donné les clefs de son équipe à Claude Puel. Un joli coup réalisé par le président niçois, en attendant le second, l'arrivée de l'attaquant Dario Cvitanich... qui devrait signer très prochainement.

Quels sont vos objectifs pour votre deuxième saison à la tête de l’OGC Nice ?
Continuer à construire ce club, à le faire évoluer, à le faire grandir. Étape par étape. On a un nouveau stade qui va être livré en juin 2013, on a un projet de centre d’entraînement et de centre de formation également. On essaie de structurer ce club, de le professionnaliser un peu plus.

L’OGC Nice a remporté ses deux derniers matchs de préparation après un début plus délicat (1 nul, 2 défaites). Cela vous a rassuré ?
J’ai toujours été confiant. Claude Puel a été mis en place. Il a une mission qui est claire : diriger l’équipe première et gérer l’ensemble du sportif au sein du club. Donc je lui fais confiance, je le laisse travailler. Je sais qu’il y a du travail, beaucoup de travail mais il faut le laisser tranquille.

Justement, a-t-il été facile de le convaincre de rejoindre l’OGC Nice ?
C’est un concours de circonstance. On s’est rencontrés et le feeling est tout de suite bien passé entre nous. On a eu envie de partager un challenge, un projet commun. Aujourd’hui, on est enchanté !

Pour l’instant, Nice a compensé ses départs par un recrutement essentiellement basé sur des joueurs de Ligue 2. Ce n’est pas risqué ?
Chacun peut penser ce qu’il veut. On fera le point en fin de saison de savoir si on a eu raison ou tort. Notre objectif est de construire un groupe et de le faire progresser. On sait qu’on a beaucoup de travail et que ça ne se fera pas du jour au lendemain. Aujourd’hui, on a pris des jeunes avec un certain état d’esprit, avec une volonté de les faire progresser. Et Claude Puel a, entre autres, comme qualité de savoir faire progresser les jeunes. Maintenant, le mercato n’est pas terminé. On espère pourvoir renforcer notre effectif d’ici la fin du marché.

Justement, l’arrivée de Dario Cvitanich (Ajax) tarde à être officialisée, qu’est-ce qui bloque dans ce dossier ?
Rien ne bloque. Les choses avancent tranquillement. Nous espérons qu'il sera Niçois cette saison.

Après l’arrivée de Cvitanich, votre mercato sera-t-il bouclé ?
Pas du tout. Il y a peut-être quelques départs en cours, je dis bien peut-être. Si ces joueurs partent, il y aura des arrivées. Mais pas forcément dans les mêmes secteurs de jeu.

Justement, on annonce David Ospina partant. Lui avez-vous fixé une dead-line ?
Non, aucune. Aujourd’hui, on est en contact avec plusieurs clubs, en Ligue 1 et à l’étranger. On verra si on arrive à finaliser ou pas. Si David s’en va, on aura des arrivées, surtout dans le secteur offensif.

Claude Puel a déclaré qu’il n’était pas venu pour jouer le maintien. Quelles sont vos ambitions communes en terme de classement ?
Je ne fixe pas de place. Comme la saison dernière, je souhaiterais une sérénité sportive. Pour ça, l’idéal est de se situer entre la 8ème et la 12ème place. Simplement parce que c’est une zone dans laquelle vous êtes à peu près tranquille. Vous savez, pour grandir, il faut d’abord s’assurer un peu de sérénité.

Le nouveau stade a conclu un accord de naming avec Allianz (L’Allianz Riviera). Avez-vous contribué à signer ce partenariat ?
Non, l’OGC Nice n’est pas concerné. C’est le constructeur (Vinci, NDLR) qui a négocié le naming. La mairie avait un droit de veto mais pas nous. Il n’y a aucune retombée financière pour le club !