Accès direct au contenu

Foot - Ligue 1

Ligue 1 : OM, affaire Gignac, matches truqués, mafia… Le gros coup de gueule de Pierre Ménès !

Pierre Ménès

Pierre Ménès, consultant Canal+, est monté au créneau dans le cadre des affaires judiciaires qui secouent le football français en ce moment.

Voilà un bon bout de temps que le football français n’était pas secoué par un scandale judiciaire. Pas de panique, pour les amateurs de potins et de démêlés avec la justice, deux affaires juteuses sont tombées coup sur coup en quelques jours. D’un côté, l’Olympique de Marseille, soupçonné de reversements douteux dans le cadre des transferts d’André-Pierre Gignac et de Souleymane Diawara. De l’autre, plusieurs clubs de Ligue 2, dont le Nîmes Olympique, soupçonné d’avoir truqué des matchs.

L’OM ET LE « SERPENT DE MER » DE LA MAFIA

Dans sa chronique hebdomadaire pour Direct Matin, Pierre Ménès est revenu sur les deux dossiers chauds du moment. Le consultant Canal+ souligne que l’Olympique de Marseille « a tout de même réussi la prouesse d’avoir trois présidents placés en garde à vue ». Après les mises en garde à vue de Vincent Labrune, Jean-Claude Dassier et Pape Diouf, qui ont été relâchés sans qu’aucune poursuite ne soit engagée contre eux, il incite la justice à tirer des conclusions en ciblant le vrai problème, qui est bien sûr celui de la mafia marseillaise. Selon lui la justice doit donc enquêter sur ce « serpent de mer » et laisser les dirigeants phocéens « qui essayent de faire fonctionner le club de la façon la plus normale possible » tranquilles.

DES ÉCOUTES « ACCABLANTES » POUR SERGE KASPARIAN

En ce qui concerne le scandale des matchs truqués en Ligue 2, le sniper du Canal Football Club est plus évasif. Pour autant, il déplore que pour l’opinion publique et la presse tricolore, « tout ce qui tourne autour de la présomption d’innocence et du secret de l’instruction soit déjà oublié depuis longtemps », puisque plusieurs personnes mises en causes et dont la culpabilité n’a pas encore été prouvée sont déjà pointées du doigt. L’implication du Nîmes Olympiques et plus précisément de son principal actionnaire, Serge Kasparian, est certaine, puisque les écoutes publiées par le Canard Enchaîné sont « accablantes » selon Pierre Ménès, qui incite finalement la Fédération et la Ligue a prendre des sanctions « modèles » en fonction du verdict final.

Articles liés