Accès direct au contenu

Un festival rennais

Le onze bidon de L'Equipe

Comme à chaque journée de Ligue 1, le10sport.com recueille les plus mauvaises notes attribuées par le quotidien sportif pour désigner ceux qui n’auraient pas dû jouer lors de la 18e journée.

Le onze bidon de la 18e journée

Benoît Costil (Rennes, 4) – Pavle Ninkov (Toulouse, 3), John Boye (Rennes, 3), Cris (Lyon, 4), Fabrice Ehret (Evian TG, 4) – Tongo Hamed Doumbia (Rennes, 3) – Romain Hamouma (Caen, 3), Julien Féret (Rennes, 3), Ryad Boudebouz (Sochaux, 4) – Umut Bulut (Toulouse, 3), Joel Campbell (Lorient, 3)

L’entraîneur bidon de la journée : Daniel Sanchez (Valenciennes)

Dans une situation d’urgence, Valenciennes a choisi de se replier. Face à Montpellier, cette option minimaliste a fonctionné. Mais à Nice, VA a manqué d’ambition, recherchant trop ostensiblement le match nul. Certes, les Nordistes ont cédé sur un but gag mais le manque d’ambition de Daniel Sanchez ces dernières semaines méritait probablement un tel sort.

L’arbitre bidon de la journée : Nicolas Rainville (Marseille-Lorient)

Les arbitres ont encore réalisé un festival ce week-end. L’erreur la plus médiatique est celle de Nicolas Rainville qui a accordé le coup-franc victorieux à l’OM après une faute sur Mathieu Valbuena. En réalité, le Marseillais s’est jeté dans les pieds de Yann Jouffre. « On s’est fait voler », lâchera même amer Christian Gourcuff.

Jean-Charles Cailleux n’a pas été plus inspiré. L’arbitre n’a ainsi pas vu la main sur la ligne d’Anthony Réveillère lors de Lyon-Evian. Alors que le score était de parité, Evian aurait dû bénéficier d’un penalty et l’OL évoluer à dix. Lourde erreur.

L’air de la Corse n’a pas réussi non plus à Benoît Bastien. Si Ajaccio est parvenu à dominer Rennes, c’est uniquement par son mérite, l’arbitre ayant oublié deux penaltys évidents pour l’ACA.

Enfin, le plus bidon d’entre tous pourrait être Johann Perruaux, l’arbitre assistant de Tony Chapron lors de Brest-Auxerre. Kamel Chafni l’accuse d’avoir proféré des insultes racistes à son encontre en lui balançant « Casse-toi l’Arabe ! » alors que l’Auxerrois contestait une décision. Pour le moment, c’est parole contre parole mais une enquête a été ouverte par la Ligue et Chafni assure avoir des témoins qui iraient dans son sens.

Articles liés