Accès direct au contenu

Pas de rupture

ASSE Galtier defend Payet

Dimitri Payet avait engagé un bras de fer avec le club de Saint-Etienne cet hiver pour rejoindre le PSG. Le club et son entraîneur l'avaient retenus. Pour autant, Galtier ne parle pas de problème.

Après le bras de fer entre Stéphane Sessegnon et les dirigeants du PSG pour qu'il puisse rejoindre l'Angleterre et Sunderland, Dimitri Payet s'était essayé à la même stratégie avec son club de l'AS Saint-Etienne dans le but de rejoindre le club de la capitale, sans la réussite escomptée. Pire, ce petit incident diplomatique lui a valu d'être relégué sur le banc. Si Sessegnon a obtenu son billet pour la Premier League, Payet, lui a presque tout perdu, à commencer par la confiance de son coach qui le fait bien plus souvent débuter les matchs sur le banc. Pour autant, interrogé par LeProgrès, l'entraîneur des Verts, Christophe Galtier ne semble pas lui en tenir rigueur et refuse de parler de rupture avec son international français.

Le lien n'est pas cassé
La question dérange Galtier puisqu'il commence par dire que le cas Payet ne l'interpelle pas mais interpelle les journalistes. Seulement après les problèmes de comportement observés pendant le Mondial Sud-Africain, l'opinion publique voit d'un très mauvais œil ces rébellions de joueur. Si le public a un temps boudé Dimitri Payet, son entraîneur, en revanche avoue qu'il n'y a pas de problème entre eux : «C’est faux. Le ressort n’est pas cassé.»

Plus dans un rôle de joker
Pourtant en regardant les feuilles de matchs du stéphanois on est en droit de s'interroger puisqu'il a débuté très peu de rencontres. La faute à sa baisse de régime après son passage en Equipe de Franc, puisque Dimitri Payet n'avait pas marqué depuis 5 mois. «C’était mon choix par rapport à ce que j’avais pu observer, une stratégie de match. Mais quand on dit qu’il a été peu utilisé, il faut se souvenir qu’il a été absent un match (Toulouse), sanctionné un match (Montpellier), blessé un autre (Caen). Après, il a été titulaire contre l’OL, l’OM, ce n’est pas rien. Il fait une bonne 2è mi-temps contre Brest.» Handicapé par des pépins physiques donc, mais il ne faut pas y voir un problème, répète Galtier : «Mais, dire que notre relation est cassée, c’est faux.»

Une défense en demi-teinte
Toutefois, l'entraîneur de l'AS Saint-Etienne finit par nuancer, évoquant un sorte de nonchalance de la part de Payet : «Ceci dit, évidemment que c’est l’entraîneur qui fait les choix mais il les fait en fonction de ce que lui montrent les joueurs. L’intérêt de Dimitri (Payet) est d’être le meilleur possible pour lui et ses partenaires. Mais il n’y a pas de souci. »

Christophe Galtier a pris le temps de défendre son joueur en remettant en cause l'idée d'une rupture entre les deux hommes, sans toutefois le disculper complètement. Il reste 10 matchs à Payet pour montrer qu'il a bien l'étoffe d'un titulaire, et ce, même s'il rêve de débuter les matchs à Paris.