Accès direct au contenu

Dédé ne vit pas dans le monde

Deschamps defend Blanc

Depuis Marseille où il observe ses ex-coéquipiers de France 98 se chamailler sur l'affaire des quotas et sur le sort de Laurent Blanc, Didier Deschamps a une nouvelle fois apporté un soutien sans faille au sélectionneur des Bleus.

"Je suis triste pour Laurent, car on attaque l'homme, pas le sélectionneur, ni l'éducateur, indique Didier Deschamps. La liberté d'expression existe, la liberté de se taire aussi. Deux enquêtes sont diligentées. Elles sont là pour amener des réponses et déterminer le degré de responsabilité de chaque protagoniste".

"Laurent Blanc est là et je souhaite qu'il reste le plus longtemps possible. Il n'y a pas la moindre ambiguïté là-dessus".


Sur France 98 :
"On a nos numéros de téléphone personnel, on peut s'appeler et régler ça. On a connu des moments forts, on a été unis dans la victoire en étant différents".

"On n'est pas non plus dans un monde de Bisounours. Sans parler de clans, il y a des gens avec qui on a plus ou moins d'affinité. Chacun s'exprime comme il veut, mais c'est toujours mieux d'avoir du recul et de la modération même si c'est un dossier très sensible".

"C'est un mauvais coup pour le football, c'est une certitude. Cela laisse forcément des traces. J'espère que le terrain reprendra ses droits".