Accès direct au contenu

Foot - Coupe du monde

Coupe du Monde 2018 : Brésil, Suisse, Costa Rica, Serbie… La présentation du Groupe E

Le Brésil de Neymar a hérité d’un groupe largement à sa portée pour pouvoir se rôder dans la compétition et aborder les phases finales sereinement. En revanche, pour la deuxième place, ça s’annonce très serré…

BRÉSIL

Parcours qualificatif
Les Brésiliens ont été les premiers à se qualifier pour la Coupe du Monde en Russie. Malgré un début poussif, les hommes de Tite sont passés de la cinquième à la première place après une impressionnante série de 9 victoires consécutives. En terminant avec 41 points, soit 10 d’avance sur l’Uruguay, le Brésil n’a pas fait de détail dans ces qualifications.
 
Le joueur à suivre : Neymar
Neymar est incontestablement la star de la Seleçao. Blessé le 26 février dernier lors d’un Clasico, le Brésilien a pris le temps de se soigner pendant de longues semaines. Vraisemblablement, il est en forme puisqu’il vient de marquer en matchs amicaux, livrant de très belles prestations. Avec sa montée en puissance, c’est tout un pays qui rêve de reconquérir un nouveau sacre mondial. Un objectif que Neymar partage plus que tout, lui qui court également après son premier Ballon d’Or
 
Les chances de briller en Russie
Favori de la compétition, au même titre que l’Allemagne ou l’Espagne, le Brésil est en pleine bourre. Malgré la blessure de Dani Alvès, la liste des 23 auriverde est impressionnante. Solide à tous les étages, cette équipe a tout ce qu’il faut pour être championne du monde.

SUISSE

Parcours qualificatif
Malgré un super parcours qualificatif avec une seule défaite en douze rencontres, la Suisse a dû passer par les barrages. Deuxièmes, derrière le Portugal, c’est face à l’Irlande du Nord que nos voisins ont décroché leur billet pour la Russie. Un seul petit but sur la double confrontation a permis à la Suisse de participer à sa onzième Coupe du Monde.
 
Joueur à suivre : Granit Xhaka
Milieu de terrain d’Arsenal, il est la star de cette sélection Suisse. À 25 ans, Granit Xhaka en est déjà à 61 sélections avec son pays. L’élément-clé de la Nati est un adepte des frappes longues distances, une caractéristique qui lui avait permis de marquer les esprits pendant le Mondial 2014. Ce n’est pas sa seule qualité puisqu’il est aussi très bon passeur, oriente le jeu d’une facilité déconcertante et son travail de récupération permet de soulager l’ensemble de ses coéquipiers. Élu meilleur joueur Suisse de l’année 2017, Xhaka saura apporter de l’équilibre dans le jeu de sa sélection.
 
Les chances de briller en Russie
Huitième du classement FIFA, la Suisse possède de réels atouts, mais la lutte contre le Brésil sera difficile. Pour ne pas dire impossible. L’objectif d’une deuxième place est à leur portée. Si les joueurs de Petkovic y parviennent, ils pourraient croiser le chemin de l’Allemagne en huitième de finale. Le rêve sera alors de réaliser l’exploit d’atteindre les quarts de finale, comme en… 1934.

Costa Rica

Parcours qualificatif
Ces dernières années, les Ticos sont des habitués des phases finales. Présents en 2002, 2006, et 2014, c’est au Brésil qu’ils ont réalisé leurs meilleures performances en atteignant les quarts de finale. Le Costa Rica a bien géré les qualifications en accrochant la deuxième place du groupe. Avec 2 défaites en 16 matchs, les Costariciens ont maitrisé leurs matchs et même surclassé les États-Unis, avec un score de 4-0, leur score le plus large des phases qualificatives.
 
Joueur à suivre : Bryan Ruiz  
Actuellement sous les couleurs du Sporting Portugal, Bryan Ruiz est un milieu de terrain offensif de 32 ans. Triple champion du Portugal avec son club, le Costaricien, très à l’aise devant le but, a été un des hommes fort lors des qualifications avec 3 buts et 3 passes décisives. Le capitaine des Ticos, placé en soutien de l’attaquant, aura tout le loisir d’organiser le jeu offensif de l’équipe. Déjà un joueur majeur lors de la belle performance du Costa Rica en 2014, il faudra le suivre avec attention en Russie.
 
Les chances de briller en Russie
Redoutable défensivement, le Costa Rica sera difficile à battre (0,7 but encaissé par match lors des phases qualificatives). Porté par un entraineur qui a déjà fait toutes ses preuves au pays (Oscar Ramirez), l’effectif pourra s’appuyer sur sa maturité pour briller (deux joueurs seulement ont moins de 25 ans). Un outsider en puissance…

SERBIE

Parcours qualificatif
Malgré sa 35e place au classement FIFA, la Serbie n’a eu aucun mal à se qualifier pour le Mondial. Leaders de son groupe, ils ont laissé l’Irlande filer en barrages. Avec une moyenne de 2 buts par match, les Serbes ont fait parler leur efficacité devant le but. L’une des équipes à s’être révélée en qualification de la zone Europe.
 
Joueur à suivre : Aleksandar Mitrovic
Le jeune attaquant de 23 ans pourrait bien être le sérial buteur de cette équipe pendant la Coupe du Monde. Après une longue période de disette en début de saison avec Newcastle, le Serbe a été prêté à Fulham, où il semble avoir repris confiance. Auteur d’une fin de saison remarquable en club avec 12 réalisations en 19 matchs, il est tout aussi réaliste en sélection. Il a grandement participé à la qualification de son équipe avec 6 buts et 1 passe décisive. Pas le plus technique du groupe, Mitrovic est un attaquant puissant capable de conserver le ballon. Il fera parler sa précision et son admirable jeu de tête devant les buts.
 
Les chances de briller en Russie
Avec Ivanovic, Kolarov et Matic, la Serbie tentera de jouer crânement sa chance pour la deuxième place. Un mélange d’expérience et de fraîcheur qui peut faire mouche. Ils ont, en tout cas, un léger avantage pour la deuxième place du groupe avec un état de forme étonnant depuis deux ans.

Articles liés