Accès direct au contenu

Zidane Président ?

Berlusconi compare Sarkozy à Zidane !

Berlusconi compare Sarkozy à Zidane !

Sur tous les fronts ces derniers jours, Nicolas Sarkozy a fait une belle boulette ce week-end au moment d’évoquer la crise italienne. Au point d'être comparé à un certain… Zinedine Zidane.

Entre la mort de Kadhafi, la crise de la dette et la naissance de sa petite Giulia, Nicolas Sarkozy est sur tous les fronts ces derniers jours. Mais le président de la République a été l’hauteur d’une belle bourde dimanche dernier. Lors d’une conférence de presse durant le Conseil européen à Bruxelles, Nicolas Sarkozy, interrogé sur la fiabilité de son homologue italien Silvio Berlusconi à remonter la pente de la crise de la dette italienne, s’est mis à sourire avant de rire, au côté d’une Angela Merkel quelque peu perturbée. Depuis, une vidéo tourne sur Internet et scandalise l’Italie entière (à voir ici). Dans son édition de lundi, Il Giornale, quotidien de la famille Berlusconi, compare même l'arrogance affichée du président français à l'égard de l'Italie au fameux coup de boule de Zidane contre Marco Materazzi en finale de la Coupe du monde 2006, titrant son article « Sarkozy pire que Zidane ».

Sarkozy marche sur les pas de Zidane...

« Quand les Français se trouvent en difficulté devant les Italiens, ils perdent toute mesure et deviennent arrogants. Ils se mettent à distribuer des coups de tête, pensant ainsi résoudre les problèmes. C’est arrivé, tout le monde s’en souvient, en finale de la Coupe du monde de football en 2006. Zidane avait alors littéralement perdu la tête contre la poitrine de Materazzi. Hier, c’était au tour de Sarkozy de railler notre gouvernement et notre pays », écrit notamment le quotidien italien détenu par le frère de Silvio Berlusconi, Paolo. Le journaliste italien, Alessandro Sallusti, prédit même un avenir commun aux deux hommes. «On connaît l’issue du match de football (5 à 3 pour les Italiens après l'épreuve des tirs au but). Nous ignorons encore l’issue de la partie économique qui se joue dans de la crise de l'euro. Ce qui est sûr, c’est que le précédent sportif est de mauvais augure pour le président français en quête de réélection. » Une chose est sûre, Nicolas Sarkozy n’a, lui, jamais vu son visage orné l’Arc de triomphe…