Accès direct au contenu

Sondage du jour

Alberto Contador va t-il remporter la Vuelta ?

Alberto Contador

De retour à la compétition depuis le mois d'août, Alberto Contador a animé la quatrième étape hier, qui se terminait en haut de la station de Valdezcaray. Troisième au général, El Pistolero peut-il remporter la 67ème Vuelta? C'est le sondage du jour.

Oui : il est le plus fort

Le palmarès de l'Espagnol parle pour lui : il a remporté les trois Grands Tour (France, Espagne, Italie). Surtout, El Pistolero a une explosivité au dessus de la moyenne, qui lui permet de s'échapper facilement en montagne. Et la montagne, justement, il en est beaucoup question dans cette Vuelta (8 arrivées au sommet). Une course qui rappellera au coureur de la Saxo-Bank le Giro 2011, qu'il avait remporté haut la main (avant d'être déclassé).

Oui : il est revanchard après sa suspension

De retour après sa suspension rétroactive de deux ans, Alberto Contador a envie de rattraper le temps perdu. Car tout ce qu'il a gagné entre juillet 2010 et juillet 2012 (notamment un Tour de France et un Tour d'Italie, rien que ça), lui a été enlevé. L'Espagnol a donc à coeur de montrer qu'il reste le meilleur coureur du peloton, capable de gagner n'importe quelle course, et continuer à allonger un incroyable palmarès.

Non : ses adversaires sont trop fort

Ils sont nombreux à pouvoir disputer la victoire dans ce 67ème Tour d'Espagne. Alejandro Valverde (vainqueur en 2009) et Joaquin Rodriguez, deuxième du dernier Giro, seront des candidats crédibles au maillot rouge. Mais le grand favori cette année reste Christopher Froome. Le coureur de la Sky, deuxième de l'édition précédente (derrière Cobo Acebo), voudra continuer sur la dynamique de son superbe été (2ème du Tour de France, 3ème du chrono des JO de Londres).

Non : il n'est pas encore au niveau

Alberto a beau rester Contador, il n'a plus couru depuis la fin d'année dernière. Sa suspension rétroactive de deux ans, qui a pris fin début août, lui a fait perdre beaucoup de temps. Et ce n'est pas l'Eneco Tour et ses cinq étapes qui lui ont permis de retrouver un rythme de course, qui plus est sur 3 semaines. Il n'aura pas les jambes pour terminer de la meilleure des manières cette Vuelta et il pourrait même abandonner.

Rémi dos Santos