Accès direct au contenu

Sondage du jour

Qui sera le porte-drapeau français à Londres ?

Le 10 juin prochain, en marge de la finale messieurs de Roland Garros, on connaîtra enfin le nom du porte-drapeau français lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Londres, le 27 juillet. Si c’est bien le Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) qui aura le dernier mot, quel est votre favori ?

Nikola Karabatic
Si Riner, Tsonga, Parker ou encore Lemaître n’ont pas encore gagné le moindre titre olympique, Nikola Karabatic, lui, a déjà été sacré à Pékin en 2008 avec l’équipe de France de handball. Elu champion des champions français par L’Equipe en 2011, le Montpelliérain est aujourd’hui le meilleur joueur de la planète handball. Et ce malgré son Euro raté. A 27 ans, il a tout gagné. Alors forcément, la pression, il connaît. Il a les épaules assez larges pour tenir le rôle de porte-drapeau. « C’est un honneur qui ne se refuse pas, confirme-t-il. C’est tellement beau de porter le drapeau de son pays lors d’un tel rassemblement. Si on décide que c’est moi, je le porterai très haut. Mais, si ce n’est pas moi, je serai fier pour celui qui sera désigné. »

Jo-Wilfried Tsonga
Numéro un français à l’ATP, Jo-Wilfried Tsonga (5e mondial cette semaine) est le leader incontournable et incontestable du tennis français depuis trois ans. Tant sur le circuit qu’en équipe de France. C’est simple, il a remporté douze de ses quatorze rencontres de Coupe Davis depuis ses débuts en 2008… Blessé à Pékin en 2008, il disputera à Londres ses premiers Jeux (en simple et en double avec Michaël Llodra). Un objectif prioritaire pour lui cette saison. D’autant que le gazon de Wimbledon, où il a atteint les demi-finales en 2011, lui réussit plutôt bien. Apprécié par le public français, il a tout pour être le porte-drapeau français. Et si ce n’est pas en 2012, ce sera peut-être en 2016…

Tony Parker
A 29 ans, Tony Parker a quasiment tout connu aux Etats-Unis avec les Spurs : trois bagues NBA, un titre de MVP des finales et quatre sélections au All-Star Game. Il ne lui manque plus que désormais d’écrire son histoire avec l’équipe de France. Vice-champion d’Europe avec les Bleus l’été dernier, le meneur tricolore rêve d’accrocher une breloque olympique à Londres pour ses premiers Jeux. Et, surtout, de tenir le rôle de porte-drapeau, pour lequel il a été le premier à s’être officiellement déclaré candidat.

Laura Flessel
Inoxydable Laura Flessel ! A 40 ans (oui, 40 ans !), l’épéiste tricolore sera bien à Londres cet été. Déjà double championne olympique (en 1996 à Atlanta), elle y disputera ses cinquièmes Jeux, au terme desquels elle a annoncé qu’elle mettra fin à sa carrière. « La France a beaucoup de grands champions qui peuvent prétendre tenir ce rôle. Mais pourquoi pas moi ? Je ne pense pas le mériter moins que les autres. Ce seront mes cinquièmes et derniers Jeux olympiques, alors... », s’interrogeait-elle récemment. Pour l’ensemble de sa carrière, ce serait mérité.

Christophe Lemaitre
En 2008, alors qu’Usain Bolt s’apprêtait à faire le show sur la piste de Pékin, battant au passage trois records du monde (100m, 200m, 4x100m), Christophe Lemaitre n’était lui qu’un petit espoir, tout juste champion du monde de sa catégorie à Bydgoszcz en Pologne. Le Savoyard est depuis entré dans une toute autre dimension. S’il a encore un temps de retard sur le Jamaïquain, il sera assurément à Londres un sérieux outsider sur 100 et 200m. A 21 ans, vu son éclosion rapide, on est plus à une surprise près. De là à être le porte-drapeau tricolore ? Vraisemblablement pas tout de suite…

Teddy Riner
Le grand favori, c’est lui ! Début février, dans un sondage réalisé par L’Equipe, il avait été unanimement plébiscité avec 23% des votes, devant Karabatic, Parker et consorts. Six fois champion du monde, il est à seulement 22 ans le judoka le plus titré de l’histoire. Il ne lui manque plus que le sacre olympique, lui qui n’avait récolté que le bronze en 2008 à Pékin, pour entrer définitivement dans l’histoire de son sport. Et d’effacer encore un peu plus David Douillet des tablettes. Mais Riner, qui a fait du titre dans la catégorie des plus de 100kg l’objectif principal de ses Jeux, ne semblent pas vouloir endosser le rôle de porte-drapeau. « Je ne souhaite pas être porte-drapeau cette année, je veux exclusivement décrocher ma première médaille d’or olympique », expliquait-il récemment.

« Qui sera le porte-drapeau français à Londres ? » C’est notre sondage du jour. Vous avez toute la journée pour voter.