Accès direct au contenu

Formule 1

Formule 1 : Quand Villeneuve tacle Bottas après le beau geste d’Hamilton !

Si Lewis Hamilton avait décidé de laisser passer Valtteri Bottas en Hongrie, Jacques Villeneuve ne comprend toujours pas. 

Si Valtteri Bottas est monté sur le podium du Grand Prix de Hongrie, le Finlandais peut remercier Lewis Hamilton. La star de Mercedes a laissé passer son coéquipier lors du dernier virage, une promesse de sa part pendant la course, lui qui n’aura jamais réussi à revenir sur les Ferrari de Sebastian Vettel et de Kimi Räikkönen. Un geste largement critiqué par Jacques Villeneuve dans des propos rapportés par Nextgen-Auto.

« Je ne comprends pas Mercedes, car Bottas ne le mérite pas »

« Qu’est-ce que cela montre ? Que nous n’avons pas besoin de dépassements artificiels. Nous n’avons pas besoin du DRS. Nous n’avons pas besoin de présenter un spectacle factice. Tout est déjà là. Laissez les pilotes nous le montrer. C’est tout. Je ne comprends pas Mercedes, car Bottas ne le mérite pas. Il était à 8 secondes derrière et il ne pouvait pas tenir le rythme, alors que Lewis était en mesure d’aller plus vite, bien qu’il était coincé dans le trafic. Donc, il n’a pas mérité de reprendre sa place. Mais sur ce coup, Lewis a été un véritable gentleman. Le fait qu’il ait fait cela prouve qu’il est un grand homme. Il l’a aussi fait parce qu’il est triple champion du monde. S’il ne détenait aucun titre et qu’il avait eu à ce moment-là sa toute première chance, alors, il n’aurait peut-être pas repris sa position initiale derrière Bottas. Ferrari a elle pris un énorme risque. Mais cela a payé. Car Kimi avait Vettel devant lui et il pouvait utiliser son DRS pour se protéger de Lewis. Cela a apporté à Ferrari le doublé. Si Kimi avait été devant Vettel, ce dernier n’aurait pas eu de DRS, car Kimi aurait été loin devant. Alors, Lewis aurait pu doubler Vettel, ce qui aurait apporté à Ferrari seulement la première et la troisième place. Donc un énorme risque mais cela a marché. C’était un super travail de leur part à tous », assure Jacques Villeneuve.

Articles liés