Formule 1
La FIA prête à reléguer le GP de France

À l’instar de celui de Monaco, le Grand Prix de France pourrait bien ne pas être reconduit pour la saison prochaine. Son contrat expire à l’issue de la saison et pour le moment, les discussions n’ont pas vraiment l’air d’aller dans le bon sens pour une prolongation. Le circuit du Castellet pourrait donc bien disparaître du calendrier de la Formule 1 pour une durée indéterminée, à moins que la FIA ne trouve une solution alternative.

Le 24 juillet prochain, le circuit Paul Ricard pourrait bien accueillir son dernier Grand Prix de Formule 1 avant un bon moment. En effet, le contrat du GP de France arrive à expiration à l’issue de la saison. Pour le moment, aucun accord n’a été trouvé pour garder la piste du Castellet sur le calendrier la saison prochaine. Revenu en 2018 après avoir déjà été supprimé à partir de la saison 2009, le circuit Paul Ricard pourrait de nouveau être absent lors des prochaines années en Formule 1. Liberty Media, le nouveau propriétaire de la discipline, souhaite mettre l’accent sur des courses « de destination » comme le Grand Prix de Las Vegas qui aura lieu en 2023, ou l’arrivée de celui de Miami cette année. Dans toute cette nouvelle organisation, les circuits plus traditionnels comme le Grand Prix de France, de Monaco, de Belgique ou encore d’Allemagne pourraient perdre leur place annuelle. La génération actuelle de pilotes n’aura donc eu que peu de temps pour découvrir le circuit Paul Ricard puisque l’édition 2022 signera la quatrième apparition de la course depuis son retour en 2018. L’avenir du Grand Prix de France demeure encore assez incertain en Formule 1. Mais les choses n’ont pas l’air d’aller vraiment dans le bon sens pour sa continuité en vue de la saison prochaine comme l’a constaté Esteban Ocon.

Une solution alternative trouvée pour garder le GP de France ?

« Je suis évidemment les conversations et je vois comment ça se passe. En effet, ça n’a pas l’air d’aller dans la bonne direction » a avoué le pilote français d’Alpine dans des propos rapportés par Automobile-magazine, lui qui a affirmé par la même occasion qu’il était important à ses yeux de courir dans certains pays comme la France. De son côté, la Formule 1 envisagerait une rotation des courses année après année pour continuer à visiter le circuit Paul Ricard pour le Grand Prix de France. Cette solution pourrait être un bon compromis qui pourrait permettre à la discipline de continuer à rouler sur des circuits historiques au fil des saisons tout en apportant un vent de fraîcheur dans son calendrier. Le Grand Prix de France a réussi à de nombreuses légendes par le passé comme le Français Alain Prost, ou encore Michael Schumacher. En 2002, l’Allemand avait d’ailleurs été sacré champion du monde pour la cinquième fois de sa carrière sur le circuit Paul Ricard, égalant ainsi le record de Juan Manuel Fangio. C’est donc un tracé plein d’histoire qui pourrait de nouveau disparaître du calendrier de la Formule 1. Pour le moment, aucune décision n’a encore été prise concernant l’avenir de la course du Castellet. À voir ce que la FIA décidera au cours des prochaines semaines.

Articles liés