Accès direct au contenu

La raison du coeur

Thiago Silva : le chantage affectif de Galliani

Adriano Galliani

Après plusieurs jours de négociation pour finaliser le transfert de Thiago Silva au PSG, Silvio Berlusconi a fait capoter l'affaire.. Adriano Galliani, administrateur délégué à l’AC Milan, évoque « un acte héroïque » de son président et prévient ses supporters. Explication…

Les dirigeants milanais le savent déjà. Garder Thiago Silva revient à se mettre dans une posture compliquée financièrement. « En conservant Thiago Silva, Milan va perdre beaucoup d’argent, dès cette année » a expliqué Adriano Galliani. Le président Berlusconi a aussi très vite compris que les supporters étaient farouchement opposés au départ du défenseur central. Galliani, qui s’est exprimé pour le journal La Stampa, a finalement salué la décision de Berlusconi en précisant que l’ex-chef d’Etat italien avait fait « le choix du cœur » plutôt que celui de la raison. « Le vieux cœur rossonero de Silvio Berlusconi a réussi à dire non à ce genre d'offres pour un défenseur qui fera gagner Milan en Italie et en Europe » a-t-il expliqué.

Des supporters prévenus
Le Milan AC se mettant en mauvaise posture financière pour garder le défenseur brésilien, un des chouchous des Milanais, les supporters ont été prévenus par Galliani. « Les fans de Milan doivent garder en mémoire ce que le président a fait ces 26 dernières années. Le cœur de Berlusconi a parlé. Je suis aussi un fan de Milan et les fans devraient remercier Berlusconi. C'est un acte d'héroïsme le fait de garder Thiago Silva) ». Le vice-président en appelle donc à la rasion des fans. «La raison du coeur l’a emporté. Mais maintenant, vous devez remplir le stade parce que si vous avez le droit de protester, vous avez aussi le devoir de supporter l’équipe. Pas une seule personne doit faire des sacrifices ». Rappelons que l’agent de Thiago Silva avait demandé une augmentation de salaire, si le Brésilien restait à Milan. La réponse d’Adriano Gallini est sans appel. « J’ai parlé avec Thiago Silva. Il a un contrat de quatre ans. Je comprends son agent qui perd une commission complémentaire » a confié le dirigeant italien à La Stampa. Au moins, les choses sont dites !

Par Amélie Lesoudier