Accès direct au contenu

Foot - Mercato - PSG

Mercato - PSG : Polémique, avenir… Thierry Henry se confie sur Ibrahimovic !

Ancien partenaire de Zlatan Ibrahimovic dans les rangs de Barcelone, Thierry Henry livre son sentiment sur la polémique autour du buteur du PSG et évoque également son avenir.

Lors de sa dernière saison à Barcelone (2009-2010), Thierry Henry a eu l’occasion d’évoluer aux-côtés d’un certain Zlatan Ibrahimovic avant de s’envoler aux New York Red Bulls. Interrogé dans les colonnes de L’Equipe ce jeudi, l’ancien attaquant français évoque le profil du buteur du PSG en revenant notamment Bordeaux.

« LA FRANCE DEVRAIT EN PROFITER TANT QU’IL JOUE… »

« C'est un mec extraordinaire, d'une gentillesse incroyable, avec qui j'ai beaucoup ri. En France, il faut savoir ce qu'on veut ! On se plaignait avant de ne pas avoir de stars internationales et, quand un joueur de sa dimension arrive, les gens finissent par s'en plaindre... Zlatan est un joueur extraordinaire, hors du commun et qui a marqué l'histoire du football. Il a été champion partout où il est passé. Après, il a son tempérament, Il dit ce qu'il pense, et à sa manière. Ça ne m'a jamais dérangé. Des joueurs avec ce caractère, il y en a de moins en moins. S'il doit être puni pour ses propos après la défaite du PSG à Bordeaux, il le sera, c'est la vie. Mais la France devrait profiter de ce joueur tant qu'il y joue encore », assure Thierry Henry, tandis que le contrat de Zlatan Ibrahimovic prendra fin en juin 2016.

RETOUR SUR BARCELONE

L’ancien buteur de l’équipe de France revient d’ailleurs sur son passage remarqué dans les rangs de Barcelone : « Ce n'était ni un danger ni un sacrifice. Se sacrifier, c'est se lever à six heures du matin et aller faire des trucs que tu n'aimes pas simplement pour survivre. Aller à Barcelone, c'est un danger ? Quel danger ? Je savais où j'allais. Je débarquais dans un club qui avait gagné la Cl, je me disais bien que ce ne serait pas la fête pour moi Qu'on n'allait pas demander à Messi, Eto'o ou Ronaldinho de me laisser une place. Non, il fallait y aller et s'imposer. À la base, j'ai toujours été à la fois confiant en moi-même et respectueux des coéquipiers déjà en place ».

Articles liés