Accès direct au contenu

Foot - Mercato

Mercato : Directeur sportif, l'un des grands problèmes de la Ligue 1?

Plusieurs grands clubs français sont à la peine en cette saison 2018-2019. La faute à une gestion souvent hasardeuse en matière de recrutement et de politique sportive. Le PSG, l'OM ou encore l'AS Monaco payent notamment les erreurs de leur directeur sportif. Tour d'horizon.

Le PSG paye les mercatos ratés d’Henrique

Les défenseurs du directeur sportif du club de la capitale argueront que c’est lui qui a fait venir les deux pépites Neymar et Mbappé, ainsi que l’expérimenté Dani Alves au PSG. En réalité, c’est loin d’être le cas. Les transferts des deux jeunes monstres ont été négociés au plus haut niveau du club de la capitale, et pour ce qui est de Dani Alves, c’est son ami « Ney » qui l’a convaincu de signer au Paris-Saint Germain.
 
Les errements d’Henrique durant les deux derniers mercatos sont passés inaperçus, pour un temps du moins. Aujourd’hui, l’infirmerie du club de la capitale est pleine à craquer, notamment en raison d’une surexploitation de l’effectif, et son entraîneur, Thomas Tuchel – qui a été contraint de «  bricoler  » depuis le début de saison, en raison du non-remplacement de Thiago Motta – aligne, non pas une équipe B, mais une équipe C voire D ces dernières semaines. Le bilan d’Henrique en tant que directeur sportif du club de la capitale est médiocre : alors que son coach lui demandait des arrivées au milieu de terrain, le portugais n’a pas été capable de recruter le jeune espoir d’Everton, Idrissa Gueye, pourtant prêt à tout pour rejoindre le club. «  Je ne l’ai pas eu. Je n’ai jamais trop compris ce qui se passait avec lui. Everton non plus, d’ailleurs...  », déclarait le joueur à propos du directeur sportif peu après son transfert avorté au PSG.
 
Dans le même temps, Henrique échouait lamentablement à faire signer l’étoile montante de l’Ajax, Frenkie De Jong, qui portera donc les couleurs du Barça la saison prochaine. Un échec qui vient s’ajouter aux nombreux autres que collectionne le portugais, parmi les plus récents, ceux de Renato Sanches et Jérôme Boateng. Dans ce dernier dossier, le directeur sportif s’est attiré les foudres de Uli Hoeness, président du Bayern Munich, qui a, sans détour, conseillé au club de la capitale de s’en séparer. Et il pourrait bien être écouté.

Andoni Zubizarreta, symbole de la déroute marseillaise

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’Olympique de Marseille vit une saison compliquée. Et tout le monde en prend pour son grade : des joueurs au directeur sportif en passant bien évidemment par l’entraîneur. Banderoles, chants hostiles… Les supporters marseillais savent se faire entendre : «  Il n’y a pas d’équipe, c’est une catastrophe, le milieu de terrain c’est une catastrophe, la défense c’est une catastrophe, l’attaque il faut même pas en parler  », se désole l’un d’entre eux après le match nul concédé face à Monaco le 13 janvier dernier.
 
Parmi les coupables désignés : Andoni Zubizarreta, le directeur sportif du club phocéen. La raison ? «  Le recrutement ne fait pas rêver. Il y a eu tellement de mauvais choix que ça ne donne plus envie  », commente Christophe Dugarry, consultant pour RMC Sport. L’ancien directeur sportif de Barcelone a en effet connu plusieurs échecs durant le dernier mercato estival, mais aussi, et surtout, les nouveaux arrivants sont loin d’être au niveau. Résultat : une saison brouillonne, des conflits entre joueurs, un manque d’envie flagrant et des internationaux, comme Florian Thauvin, qui imaginent depuis quelque temps déjà leur avenir loin du Vieux-Port…

Michael Emenalo remporte la palme

Arrivé en 2017 sur le Rocher en provenance de Chelsea, Michael Emenalo s’est rapidement adapté à la politique du club de la principauté et a fait des jeunes sa priorité. Problème : ce dernier a multiplié les échecs. À tel point que l’AS Monaco est aujourd’hui 16e de ligue 1 et son maintien n’est pas assuré. Une véritable débâcle pour une équipe championne de France en 2017 et censée jouer le titre cette année. Qui a d’ailleurs entraîné la démission du Vice-président, Vadim Vasiliev, sans que Michael Emenalo soit pour sa part inquiété. Étonnant.

Le denier mercato estival du club, dont il avait la charge, fut pourtant un florilège de mauvaises décisions. Le club de la principauté a été pillé de toute part et n’a pas été en mesure de recruter à hauteur de ses ambitions. Les nouveaux arrivants – dont la plupart se sont blessés – font aujourd’hui partie des « flops » de ligue 1. «  Oui, nos recrues majeures ne sont pas performantes  », admettait-il lui-même dans une interview accordée au journal L’Équipe, en novembre 2018.
 
Pour l’entraîneur du club, Leonardo Jardim, la saison cauchemardesque de l’ASM s’expliquerait en grande partie par les mauvaises décisions de Michael Emenalo, avec qui il entretient des relations pour le moins tendues. Dernier épisode en date : l’irruption du directeur sportif – sans raison apparente – dans le vestiaire monégasque à la suite de la défaite du club face à Caen, le 31 mars dernier. Une attitude énigmatique qui n’aurait pas plus en interne. Alors que plusieurs têtes sont tombées sur le Rocher cette saison, Michael Emenalo fait étrangement partie des survivants. Et ce alors que le club de la principauté n’est pas à l’abri d’un retour en Ligue 2 la saison prochaine…

Articles liés