Accès direct au contenu

Retour aux sources

Que vaut vraiment Sidney Govou

Un an à peine après avoir quitté l'Olympique Lyonnais, Sidney Govou revient sur les pelouses de Ligue 1 avec Evian-Thonon-Gaillard. Mais a-t-il toujours le niveau ?

Il y a un an, Sidney Govou quittait la Ligue 1 avec une étiquette d’international, un statut de grand joueur de L1 et la réputation d’être un oiseau de nuit dont les débordements ne se limitaient pas aux ailes du terrain… Un an plus tard, dans quel état le Panathinaïkos va-t-il nous rendre le phénomène ? « Ça ne va pas être facile parce qu'un retour en ligue 1 n'est jamais évident, surtout qu'il revient dans un club promu, estime son ami et ancien coéquipier, Grégory Coupet. Je pense qu'il a toujours le niveau pour la ligue 1, c'est un athlète et ce n'est pas un tricheur. Et ce n'est certainement pas le statut du club qui va le restreindre à faire le minimum. » Dehors donc les esprits chagrins qui soupçonnent l’ex-Lyonnais d’être en roue-libre ou de revenir pour l’argent. « C'est un amoureux du ballon, d’un projet, d'un challenge, rétorque l’ancien portier parisien. L'argent n'a jamais dicté son évolution et il le prouve encore. » 

Il a joué petit bras
Conscient toutefois que sa saison en Grèce ne restera pas dans les annales, Sidney a plutôt intérêt à se refaire une santé en France. « Ça n'a pas été top à tous les niveaux mais bon, ça n'a pas été aussi catastrophique que j'ai pu l'entendre. Il y a eu quand même des bons moments », se justifie l’intéressé. En effet, il y a eu quelques bons matchs, quelques dribbles, quelques buts mais il y a eu aussi des blessures. Au final, Sidney Govou n’a pas joué toute la saison mais est plutôt satisfait de l’expérience. « J’ai beaucoup appris. Un autre système, une autre langue. C’est différent. Pendant un petit moment je n’ai pas joué, mais quand je me suis installé dans l’équipe, ça a duré ». Il rêvait d’évasion, de découverte, d’un autre championnat, il a été servi. Peut-être aurait-il pu viser plus haut. C’est ce que pense son entourage, tout autant que ses anciens coachs. « Il voulait d’une nouvelle expérience, d’une autre culture, rappelle Alain Perrin. Il aurait pu jouer dans des clubs plus prestigieux en effet mais les choix de carrières sont difficiles. Le Pana aurait pu aussi connaître une belle aventure européenne cette année. Cela n’a pas été le cas ». L’ex-entraîneur de Lyon lors de la saison 2007-2008 ne doute pas que Sidney Govou puisse briller à Evian. « Il a le niveau. C’est un joueur généreux avec des qualités athlétiques au-dessus de la moyenne et une bonne mentalité… » Une mentalité exemplaire ? « Exemplaire non à cause de ses histoires extra-sportives, rétorque toutefois l’actuel entraîneur d’Al Khor au Qatar. Mais c’est un joueur qui ne trichait pas, ni à l’entraînement, ni en match. Un bon coéquipier qui répondait toujours présent. »

"C'est un super coup"

Pour beaucoup donc, Evian a fait une recrue de choix. « C'est un super coup pour Evian, renchérit même Grégory Coupet. Ils ont pris un mec extraordinaire dans un groupe. C'est une belle pioche ! ». Disons « une bonne pêche », mais elle n’est en rien liée avec le lac Leman. Il s’agit juste d’un double pari entre un joueur sur le retour et un club qui démarre. En guise de conclusion, rappelons simplement le titre du livre autobiographique de Sidney Govou, sortie le mois dernier : « Je ne pensais pas aller si loin »… Ah bon ! Mais entre Lyon et Evian, il y a combien de kilomètres ?

Retrouvez le 10 Sport ce jeudi dans vos kiosques

Abonnez-vous en ligne au 10 Sport sur LeKiosque.fr