Accès direct au contenu

Foot - PSG

PSG : Tuchel fait déjà l’unanimité, et c’est mérité !

Depuis son arrivée au PSG, Thomas Tuchel a fait taire les sceptiques et a surtout confirmé sa réputation. Fin tacticien et gestionnaire à poigne quand il le faut, l’Allemand a conquis tout le monde à Paris. À commencer pas ses joueurs. Décryptage des choix forts qui ont permis à Tuchel de réaliser un sans-faute jusque-là.

La méthode Tuchel fait merveille au Paris Saint-Germain. Arrivé avec la réputation d’un amoureux de la tactique, l’Allemand a confirmé qu’il était capable d’innover. Mais au-delà de ses qualités de tacticien, l’ancien entraîneur du Borussia Dortmund démontre également des facultés de gestionnaire hors pair. Présenté comme un entraîneur à poigne, Thomas Tuchel prouve qu’il est également capable de créer de vrais liens avec ses joueurs. S’il est parfois moqué pour ses étreintes appuyées, force est de constater que sa «calinotherapie», comme certains s’amusent à l’appeler, fonctionne. Une main de fer dans un gant de velours. Tout ce qu’il fallait à cet effectif avec lequel Tuchel excelle comme le démontre la première place arrachée dans le groupe de la mort de la Ligue des Champions. Retour sur les choix forts et payants du technicien allemand.

Aucun cadeau, même pas à Rabiot

Le premier de ses choix a presque des allures politiques. En effet, Thomas Tuchel n’a pas hésité à se passer des services d’Adrien Rabiot. Un choix impensable en début de saison pour deux raisons : la situation contractuelle du joueur et le manque de joueur à ce poste-là. Le contrat de Rabiot prend fin à l’issue de la saison et les négociations sont rudes pour une prolongation de son bail. Par conséquent, en se passant de lui, Thomas Tuchel rend les discussions encore plus tendues, mais visiblement ce n’est clairement pas son problème. Comme le fait de ne posséder que très peu de joueurs au milieu de terrain. Le technicien allemand n’a pas apprécié le comportement d’Adrien Rabiot, résultat il l’a sorti de son équipe. C’est la preuve qu’aucun passe-droit ne sera accordé, peu importe le nom du joueur. Mais c’est également révélateur du fait que la direction a décidé de laisser une totale liberté à son entraîneur. Une liberté dont n’avaient pas pu bénéficier Unai Emery et Laurent Blanc.

La trouvaille Marquinhos

D’ailleurs, de ce choix de se priver de Rabiot découle une trouvaille tactique géniale qui met en lumière le travail et l’aspect innovateur des idées de Thomas Tuchel. Après avoir constaté la carence parisienne dans l’entrejeu lors des trois premières rencontres de Ligue des Champions, le technicien allemand a eu l’idée d’utiliser Marquinhos dans un rôle hybride. Ainsi, contre Liverpool puis l’Étoile Rouge de Belgrade, le Brésilien a évolué en défense centrale lorsque le PSG avait le ballon, et au milieu de terrain en phase défensive. Autrement dit, c’était un 4-4-2 qui se transformait en une espèce de 3-3-3-1. Un positionnement qui a évidemment perturbé les équipes adverses. L’idée était de permettre à Marco Verratti d’être épaulé en phase défensive tout en ayant une grande liberté dans l’organisation du jeu en phase offensive. Mais surtout, ce système permet d’occuper de façon beaucoup plus efficace tous les espaces, ce qui n’était clairement pas le cas lors des premières sorties parisiennes sur la scène européenne. Plus compact, mieux organisé et très réaliste, le PSG a progressé très rapidement pour s’extirper d’un groupe qui comprenait le leader de Premier League, et accessoirement finaliste de la dernière édition de la Ligue des Champions, mais aussi le deuxième de Serie A. Thomas Tuchel a donc su s’adapter à merveille à son effectif en innovant et en trouvant des solutions tactiques assez incroyables.

Neymar au cœur du jeu

Mais l’apogée de la première partie de saison réussie du PSG version Tuchel réside bien dans le niveau de jeu de Neymar. Éblouissant depuis le début de saison, le Brésilien justifie pleinement l’investissement consenti par le club de la capitale. Ses prestations contre Naples, mais surtout Liverpool et Belgrade sont des démonstrations. Et s’il a retrouvé le sourire et un niveau exceptionnel, son entraîneur n’y est évidemment pas étranger. Le capitaine de la Seleçao a tout d’abord bénéficié d’une attention toute particulière de Thomas Tuchel qui a discuté avec lui à plusieurs reprises avant même de s’asseoir sur le banc du PSG en lui dévoilant son plan. Depuis, Neymar bénéficie d’un traitement de faveur. Le staff parisien n’a pas hésité à octroyer quelques jours de repos au Brésilien durant cette première partie de saison. Le genre de traitement de faveur réservé aux grands joueurs qui font la différence. Et c’est le cas de Neymar aujourd’hui dont l’influence et l’importance au PSG n’ont jamais été aussi fortes. C’est également dû à une gestion tactique exemplaire. Le numéro 10 parisien est cœur du jeu et bénéficie d’une liberté totale qui lui permet d’être à l’origine de toutes les actions. Il n’est plus cantonné à son côté gauche et étend son influence partout sur le terrain et même par son repli défensif ! Preuve de son implication totale et d’un comportement exemplaire. Son image écornée durant le Mondial lors duquel il était plus souvent au sol que debout semble aujourd’hui bien loin. Le rôle de Kylian Mbappe est également important puisque le Champion du monde aussi est plus libre et plus proche de Neymar. Ces deux-là représentent la grande force du PSG, ce qu’a parfaitement compris Thomas Tuchel. Et aujourd’hui, Neymar semble plus heureux et plus épanoui, ce qui se ressent sur le terrain. Deux qualités qui peuvent également être utilisées pour décrire l’entraîneur allemand. Preuve que son enthousiasme est communicatif et que l’effectif est réceptif à sa méthode. Jusque-là, c’est un sans-faute.

@Arthur_Montagne

Articles liés