Accès direct au contenu

Injustice

PSG Pastore fait debat en Argentine

Époustouflant avec le PSG, Javier Pastore ne s'impose pas en équipe d'Argentine. Face au Chili, il est resté sur le banc. L'opinion publique a beaucoup de mal à comprendre ce choix.

Javier Pastore casse la baraque cette saison en Ligue 1. Passeur, buteur, homme-orchestre, « El Flaco » sait absolument tout faire avec un ballon dans les pieds. Tout le monde semble unanime là-dessus. Sauf Alejandro Sabella. Le sélectionneur de l’Argentine a, en effet, préféré titulariser José Sosa, joueur du Metalist Kharkov, face au Chili vendredi soir (4-1). Pire, il l'a même remplacé par Eduardo Salvio à un quart d’heure du terme alors que les supporters demandaient l’entrée en jeu de la vedette du PSG. Incompréhensible.

Sabella seul face à l'opinion publique
Autant Salvio semble un vrai cador, peut-être encore tendre et jeune au plus haut niveau, autant Sosa n’est pas un foudre de guerre. Passé par le Bayern Munich, il n’a jamais vraiment su s’y imposer et le voir passer devant Pastore sous le maillot de l’Albiceleste est déroutant. Rassurons-nous, nous ne sommes pas les seuls à nous poser la question puisque les commentaires exigeant un changement illico de la hiérarchie de Sabella font rage en Argentine.

Voici quelques extraits, chipés dans la presse sportive argentine (traduits en français) :

RAMIRO : « Pastore à la place de Sosa. URGENT !!! »

Zan : « Le 4-4-2 va bien car il permet de presser toutes les zones du terrain et offre des transmissions rapides en attaque. Il manque juste plus de maîtrise au cœur du jeu. C’est pour cette raison qu’il faut donner plus de temps de jeu à Pastore ».

Arribargentina : « S’enfermer dans un schéma ne peut pas permettre de trouver la meilleure solution pour cette équipe. Un changement radicals’impose. Sabella devrait donner sa chance à Pastore, il offrira d’autres possibilités ».

Fito : « Le système de jeu n'est pas mal, ce sont juste les joueurs qui ne sont pas adaptés. Riquelme mais surtout PASTORE proposerait plus de solutions dans l’animation, dans la possession de balle ».

Rafa : « Romero, Pillud, Burdisso, Mascherano, Otamendi et Jonas. Au milieu : Banega, Di María et Pastore, c'est obligé ! Devant, Higuain et Messi ».