Accès direct au contenu

Foot - Mercato - OM

Mercato - OM : Pourquoi le mercato ne peut pas sauver l’OM

Le mercato hivernal 2014 touche à sa fin. L’OM espère bien être actif jusqu’au bout mais à Marseille, le mal n’est-il pas plus profond ?

L’OM ne désespère pas de recruter un attaquant supplémentaire avant ce vendredi soir. Vincent Labrune compte bien apporter un peu de fraîcheur à son effectif. Mais, arrivée ou pas, le mal est profond à l’OM. Grâce à son succès lors du match en retard face à Valenciennes, mercredi, l’OM s’est replacé à la cinquième place de Ligue 1. À six points du troisième, le LOSC. La troisième place, c'est l’objectif affiché du club désormais entraîné par José Anigo. Une troisième place qui paraît très difficilement atteignable dans le contexte actuel.

Le mal est profond

L’OM, assez inexplicablement, s’est plongé dans la crise en ce mois de janvier. Tout allait pourtant bien la saison dernière. L’OM, alors coaché par Élie Baup termine l’exercice 2012-2013 à une excellente deuxième place. L’OM se renforce l’été dernier, avec notamment les arrivées de Florian Thauvin et de Dimitri Payet, ne perd aucun joueur majeur, mais peu à peu la dynamique se brise. Les incompréhensions se multiplient avec les supporters, le discours de l’entraîneur passe moins, les cadres répondent moins présents et les jeunes peinent à s’imposer. Bref, tous les ingrédients d’un club qui subit un gros coup de mou.

L’OM a surtout besoin de temps

Sans moyens pour le mercato hivernal, Vincent Labrune a donc tenté de colmater les brèches. Mais le problème est bien plus grave. Les cadres de l’équipe, Steve Mandanda, Nicolas Nkoulou, Mathieu Valbuena, Souleymane Diawara et André-Pierre Gignac, ceux qui tenaient la barre depuis plusieurs années, arrivent tous en fin de cycle . Ils pourraient partir à la fin de la saison. Les jeunes, eux, ne sont pas encore prêts. Ils ont besoin de temps. Or, du temps, l’OM n’en a pas. L’OM, beaucoup moins puissant économiquement que le PSG et l’AS Monaco, ne peut plus se permettre des erreurs de gestion. Ou alors, comme actuellement, l'OM sera cantonné à jouer les seconds rôles. José Anigo, depuis son retour sur le banc de touche, tente bien de cimenter à nouveau son groupe, de retrouver une équipe. Et une équipe, ça ne se retrouve pas avec un ou deux joueurs arrachés au mercato. C’est un travail de fond.

Articles liés