Accès direct au contenu

Encore une

OM : Rémy, une blessure qui crée la polémique

Loïc Rémy s’est une nouvelle fois blessé, hier, lors de la rencontre face à Nice. Plus que la blessure, c’est le comportement du joueur lui-même qui pourrait agacer.

L’Olympique de Marseille l’a communiqué il y a maintenant quelques heures : Loïc Rémy est de nouveau sur le flanc 10 à 12 jours. La raison : une blessure à la cuisse gauche contractée hier, lors de la rencontre face à Nice. Un nouveau coup d’arrêt pour Rémy qui avait déjà mis du temps à se remettre d’un autre problème physique lors d’un match amical face au Benfica en juillet dernier. Appelé à prendre la relève d’André-Pierre Gignac, lui aussi sur le flanc, Loïc Rémy n’avait pas convaincu sur les derniers matchs où Elie Baup lui avait donné sa chance. Bref, une première partie de saison à oublier sur le plan football.

Rémy a bien joué contre l’avis du staff
Mais voilà qu’en prime, il apparait quelques bisbilles entre le staff et le joueur après cette nouvelle blessure. En effet, la Provence, aujourd’hui, confirme bien ce qui semblait sauter aux yeux à l’image, hier soir. C’est Rémy lui-même qui aurait décidé de reprendre la partie, contre l’avis du staff médical de l’OM qui lui demandait de céder sa place immédiatement. Loïc Rémy s’est entêté, et si rien ne dit que ces quelques minutes de plus sur la pelouse ont aggravé sa blessure, Rémy a bien été contraint de capituler quelques minutes plus tard.

Rémy, un récidiviste
Un choix sans doute jugé déraisonnable par son staff et qui vient s’ajouter aux quelques reproches déjà évoqués l’été dernier. Loïc Rémy, blessé avant de partir en vacances, ce qui lui avait fait louper l’Euro, avait coupé le contact avec son club qui souhaitait lui astreindre un programme de remise en forme. Une décision peu appréciée à l’époque en interne et que le début de saison cahotique n’est certainement pas venu rattraper. La blessure d’hier soir et le comportement de Rémy sont d’autres pièces à charge dans un dossier qui commence à se fournir.