Accès direct au contenu

N’est-ce pas le PSG…

OM, OL, Bordeaux : la stabilité, la recette du succès ?

Michel Bastos

On leur prédisait l'enfer, après s'être montrés transparent sur le marché des transferts, crise oblige, mais l'OL, l'OM et Bordeaux sont bien là au rendez-vous après deux journées, contrairement au PSG et à l'ASSE, deux des clubs les plus actifs cet été. Et si la stabilité n'était pas la meilleure recette pour réussir son début de saison ?

Ils ont la particularité, tous les trois, d’avoir remporté leurs deux premiers matchs de Ligue 1 et, surtout, de n’avoir pas recruté plus d’un joueur pour le moment cet été. On ne les attendait pas à pareille fête, certains leur prédisaient le pire même, mais l’OL, l’OM et Bordeaux caracolent en tête après deux journées, en compagnie de Bastia, remonté dans l’élite cette année. Pendant ce temps-là, le PSG et l’ASSE, deux des clubs les plus actifs durant le mercato, n’ont pas remporté le moindre match. Si, à long terme, les millions dépensés et les joueurs recrutés devraient porter leurs fruits, à court terme, c’est loin d’être le cas. En août, la stabilité et la continuité font recette, visiblement.

Des Européens à la fête
Jean-Michel Aulas les avait surnommé les « pharaons » et les « dinosaures », il fait tout pour les pousser vers la sortie, mais pour le moment, Cris, Bafétimbi Gomis ou encore Michel Bastos assurent à l’OL un très bon début de saison : un succès à Rennes (1-0), un autre plus large devant Troyes, avec, notamment, un doublé de Gomis et une splendide réalisation de Bastos (4-1). Arrivé en fin de semaine dernière, Milan Bisevac, lui, la seule recrue enregistrée par l’OL, a joué quelques minutes samedi et devrait apporter un nouvel équilibre à une défense lyonnaise qui pourrait être chamboulée d’ici le 4 septembre mais qui, en attendant, fait bonne figure. A Marseille, l’unique recrue de l’été, Florian Raspentino (arrivé libre de Nantes) a fait ses premiers dans l’élite dans les arrêts de jeu dimanche contre Sochaux (2-0). La belle surprise, et finalement la plus inattendue, vient d’André-Pierre Gignac. Recruté 18 millions d’euros il y a deux ans, l’ancien Toulousain, à qui Elie Baup accorde une confiance accrue, semble enfin avoir retrouvé tous ses moyens et ça se voit. En quatre matchs toutes compétitions confondues, il a déjà inscrit 3 buts, soit plus que la saison dernière. Pis, Bordeaux n’a pas recruté le moindre joueur cet été. Sur la dynamique de leur bonne fin de saison, les Bordelais viennent de s’imposer à Evian TG (2-0) et face à Rennes (1-0). Arrivé en janvier dernier, Ludovic Obraniak, auteur de deux buts, est le principal instigateur de cette très bonne entame. Avec deux recrues à Marseille (si on compte également le changement d’entraîneur), une à Lyon et zéro à Bordeaux, les trois clubs, discrets tout au long de l’été, semblent plus affûtés que jamais. Leur participation à la Ligue Europa dès le mois d’août, en juillet même pour l’OM, y joue peut-être aussi… 

Ancelotti va devoir construire un collectif
C’est tout le contraire pour le PSG et l’ASSE. Avec près de 140 millions d’euros dépensés sur le marché des transferts cet été pour Thiago Silva, Ezequiel Lavezzi, Zlatan Ibrahimovic, Marco Verrati et Lucas Moura, personne ne voyait comment le PSG pourrait être inquiété cette saison. Oui mais voilà, après deux journées, le PSG n’a toujours pas gagné le moindre match et compte deux points. Plus inquiétant encore, dimanche soir à Ajaccio (0-0), avec les absences d’Ibrahimovic, Thiago Silva et Thiago Motta, dix des onze joueurs présents au coup d’envoi étaient déjà là la saison dernière… Comme la saison dernière, Carlo Ancelotti a visiblement du mal à former un collectif redoutable capable d’élever son niveau de jeu. Alors qu’est-ce que ce sera une fois que toutes les recrues seront alignées côte à côte ? Le technicien italien préfère positiver : « Je pense que Thiago Silva, Thiago Motta et Ibrahimovic vont améliorer la qualité de l’équipe ». Dans un mercato particulièrement morne jusque-là, Saint-Etienne avait également su tirer son épingle du jeu en arrachant Romain Hamouma (4 millions d’euros + bonus), François Clerc et Renaud Cohade (tous les deux libres), ainsi que Brandao (lui aussi libre) en fin de semaine dernière. Un très bon mercato à prix réduit. Mais si Hamouma (1 but) et Cohade (1 passe décisive) donnent pour le moment satisfaction, l’ASSE n’y arrive pas en ce début de saison (2 défaites, contre Lille et à Toulouse). Rien d’alarmant, pour l’instant, mais la défense centrale ne rassure pas et en cas de départ de Kurt Zouma, qui pourrait rejoindre QPR, il ne resterait plus que quatre éléments à Christophe Galtier…