Accès direct au contenu

Deuxième revers

OM : la tentative manquée de Deschamps

Malmené par une équipe de Toulouse joueuse et accrocheuse, l’OM a concédé sa deuxième défaite en une semaine (0-1). Le passage en 4-4-2, rapidement oublié par Didier Deschamps, n’a pas porté ses fruits.

L’immense joie qui avait suivi la victoire contre l’Inter Milan (1-0) en 8es de finale aller de la Ligue des champions le 22 février n’aura pas duré longtemps. Toujours présent sur les quatre tableaux, l’OM n’a pas digéré sa belle soirée européenne. Injustement battus dimanche dernier à Brest (1-0), les Marseillais se sont inclinés ce samedi contre Toulouse au Vélodrome (0-1). Et cette fois-ci, la victoire toulousaine n’est pas volée. Loin de là. Une deuxième défaite de rang, cela n’était plus arrivé en Ligue 1 à l’OM depuis le mois d’août et deux revers à Lille (3-2) et contre Rennes (0-1). Elle est surtout lourde de conséquence. Avec le match nul de Lille contre Auxerre (2-2), Marseille, désormais septième à huit points du LOSC, troisième, mais avec un match en moins, voit la Ligue des champions s’éloigner un peu plus.

L'OM a manqué d'imagination
Sans Stéphane Mbia, Loïc Rémy, Mathieu Valbuena, tous les trois blessés, ou encore Nicolas Nkoulou, revenu tardivement du Cameroun, les joueurs de Didier Deschamps n’ont jamais semblé en mesure d’inquiéter une équipe de Toulouse bien en place en 4-1-4-1 et venu pour jouer. Le très bon début de match toulousain, marqué par deux grosses occasions manquées par Capoue, seul en retrait pour reprendre un centre de Didot (12e), et Abdennour, surpris de voir une reprise de Capoue arrivée sur sa tête (28e), a même poussé l’entraîneur marseillais à revoir ses plans peu avant la demi-heure de jeu. Parti pour évoluer dans un 4-4-2 laissé sur le carreau ces dernières semaines, un système qui avait permis à l’OM, alors lanterne rouge, de se relancer au mois d’octobre, Deschamps est très vite revenu dans un 4-2-3-1 plus classique, avec Jordan Ayew, titularisé en pointe au côté de Brandao, dans une position plus reculée.

Un passage en 4-4-2 manqué. Le changement en 4-2-3-1 en cours de rencontre tout aussi. Deschamps, abattu sur son banc, n'avait pas la clé ce soir. Si l’OM, complètement en manque d’imagination, a repris la main sur le match par la suite, cela n’a pas empêché Aymen Abdennour d’offrir un précieux succès au TFC, de la tête sur corner (66e). Et l’OM, conspué par le public du Vélodrome, de retomber dans le doute.