Accès direct au contenu

Meneur (s)

OL : Gourcuff-Malbranque, lerreur de coaching ?

Yoann Gourcuff, qui a joué tout le match de Ligue Europa contre l’Athletic Bilbao (3-2), a soufflé pendant une heure à Sochaux (1-1). A son entrée en jeu, il a bien malgré lui déséquilibré le bloc équipe. 


Sur les conseils de Didier Deschamps, peut-être, Rémi Garde a décidé de laisser Yoann Gourcuff sur le banc de touche pour débuter la rencontre contre Sochaux. L’entraîneur de l’OL, qui avait utilisé son meneur de jeu à bon escient à Bilbao jeudi soir (3-2), a souhaité le faire souffler pour offrir son poste à Steed Malbranque. La tactique était la bonne en première période. Auteur de sa quatrième passe décisive de la saison sur un coup-franc déposé sur la tête de Maxime Gonalons, Malbranque a été fidèle à lui-même dans la création du jeu et l’animation offensive. C’est dans les 45 minutes suivantes que cela s’est gâté.

Malbranque à moitié utilisé à contre-emploi
L’ancien cerveau de Fulham a semblé moins à l’aise à ce poste avancé et pensait certainement reculer d’un cran quand il a aperçu Gourcuff prêt à entrer à la 66e minute de jeu. Il s’est trompé. Garde a souhaité faire sortir le jeune ailier Ghezzal pour intégrer Gourcuff en 10 et faire basculer Malbranque sur un côté avec un déchet plus important (69% de passes réussies, 54 ballons joués). Avec panache, l’entraîneur de l’OL a pensé que l’apport offensif de ce dernier forcerait le verrou sochalien mais le faire descendre en milieu défensif aurait peut-être été plus judicieux.

Fofana ne pouvait pas sortir
Notamment quand on voit l’égalisation des Lionceaux, une frappe de loin de Privat suite à une combinaison avec Boudebouz plein champ, 5 minutes après l’entrée en jeu de Gourcuff. A la décharge de Garde, Gueïda Fofana a encore livré un excellent match et il semblait difficile de le sortir. C’est finalement tout le paradoxe de cet OL 2012-2013. Alors que Lyon comptait ses tops joueurs cet été sur les doigts d’une seule main, les performances de ceux qu’on n’attendait pas offrent une palette élargie insoupçonnable à Garde. Quelque part, les Gones sont donc victimes de leur succès. Sur le long terme, c’est plutôt une bonne nouvelle.