Accès direct au contenu

Il sait ce qu’il veut

LOSC - Debuchy : « En 2013, ce n’est pas sûr que je parte »

Mathieu Debuchy

Petit à petit, il devient l’arrière droit incontournable de l’équipe de France. Pourtant, Mathieu Debuchy eu plusieurs pépins depuis la reprise. Mais « la Buche » revient fort.

Quand Debuchy ne va pas bien, Lille tousse un peu. Mais le défenseur va bien mieux et le retour en forme et en force de son latéral donne du caractère à une équipe qui reste sur trois victoires de suite en L1. Tout le Nord respire, et l’EDF aussi.


Un départ enfin digéré

Invité sur RTL dans Le Club Liza, Mathieu Debuchy est revenu sur les différents épisodes de son début de saison au LOSC. Un Lille qu’il a voulu quitter d’ailleurs. « J'ai bataillé pour partir à Newcastle, le Président n'a pas voulu. Je n'ai pas voulu aller au clash. » A précisé le Lillois. Sans rancune ? « Non je ne regrette pas, a assuré Debuchy. Je les ai eu régulièrement au téléphone (les gens de Newcastle), il y a eu plusieurs offres, plus de 6M d'euros. L'épisode est passé, maintenant je suis à 200 % pour le LOSC. »

Un départ avorté vers le nord de l’Angleterre, mais il n’en garde pas l’obsession d’y retourner : «Je n'ai pas envie de partir pour partir, je voulais aller à Newcastle, l'année prochaine ce n'est pas sûr que je parte. » Et si ça devait être le cas, Debuchy étudierait toutes les options, pas seulement Newcastle : « L'Espagne, l'Angleterre, l'Allemagne, oui, les championnats sont plaisants. » Seule certitude, le départ ne se fera pas en janvier.


De gros rendez-vous dans le viseur

La « Buche » est donc concentré sur sa saison et ses échéances avec Lille, à commencer par la Ligue des champions, et le déplacement de mercredi, à Munich. « Ca va être compliqué à Munich mais on n'a plus rien à perdre, un peu comme avant l'Espagne (avec l’EDF). » Un match compliqué, surtout pour un défenseur qui devra se coltiner un Ribéry en feu avec son club : « Ribéry revient en très grande forme, je vais essayer de l'empêcher de prendre de la vitesse, de le prendre tout de suite. » Un travail primordial pour continuer à espérer en coupe d’Europe, pour une équipe qui a eu un démarrage compliqué cette saison.

Un faux-départ dont il livre les causes. « Il a fallu assimiler les nouveaux, explique le Nordiste, on a aussi manqué de réussite mais là les 3 victoires de suite sont très importantes. » Et pourraient lancer la saison du champion de France 2011, avant d’aller sans doute en équipe de France, pour une première sortie attendue après l’exploit de Madrid, sur lequel il revient : « En 2ème mi-temps on a senti un changement on s'est libérés. Maintenant on a plus de certitudes. » Une confiance que l’Italie voudra tester, le 14 novembre prochain.