Accès direct au contenu

Sondage du jour

Hazard vaut-il 50 millions ?

Hazard vaut-il 50 millions ?

Tout le monde est unanime. A 20 ans, Eden Hazard est un joyau. Une pépite annoncée comme l’une des futures stars mondiales de demain, qui fait déjà tourner la tête des plus grands clubs. « Si je peux vous assurer qu’il ne partira pas cet hiver, on n’a aucune idée de ce qui se passera cet été. Huit des douze plus grands clubs européens le suivent de très près », confirme Frédéric Paquet, le directeur général adjoint du LOSC. Parmi eux le Real Madrid, le FC Barcelone, Manchester United, Arsenal, l’Inter Milan, la Juventus, le PSG…

« 50 millions, c’est surpayé »

Face à cette cour assidue des ténors du football mondial, le LOSC s’est, dès cet été, montré inflexible : les discussions ne commenceront pas à moins de 30 millions d’euros. Trois mois plus tard, le prix est passé à 50 millions. Si le talent et la jeunesse d’Hazard, ses deux titres de meilleur espoir de la Ligue 1 et celui de meilleur joueur la saison dernière, favorisent une courbe ascendante de sa valeur, le Belge vaut-il réellement 50 millions d’euros ?

« Pastore, qui n’est même pas titulaire en sélection argentine et a évolué en Italie, en a coûté 42. Avec tout le respect que j’ai pour Hazard, qui est très talentueux et a une marge de progression, 50 millions je trouve que c’est énorme et surpayé », soutient Henri Zambelli, directeur sportif de Valenciennes et ancien agent de joueurs. Surtout pour un joueur qui n’a encore rien prouvé sur la scène internationale et européenne, que ce soit en Europa League et en Ligue des champions.

« L’un des joueurs qui vaut le plus cher en Europe »

L’entrée fracassante des pays du Golfe depuis quelques années dans le monde du football est indéniablement un facteur qui a influé sur l’estimation de la valeur d’Eden Hazard. La convoitise du PSG pour le Lillois en est le parfait exemple. Même si Hazard a d'ores et déjà annoncé qu'il ne rejoindrait pas Paris cet été. Face à des assaillants toujours plus gourmands et capables de dépenser des sommes pharaoniques, les dirigeants lillois, en fins négociateurs, font grimper les prix.

« Le marché est dicté par l’offre et la demande et la concurrence sur un joueur fait obligatoirement monter les prix. Les moyens colossaux des grands clubs faussent le marché et favorisent la surenchère, souligne Zambelli. Sur le marché « réel », Hazard vaut 25-30 millions, surtout si on le compare à Benzema. Mais si Manchester City entre dans la danse, ils peuvent très bien mettre 60 millions d’euros. » Pierre Dréossi, le directeur sportif du Stade Rennais, lui, certifie lui une chose : « Sur la qualité, c’est un des joueurs qui vaut le plus cher en Europe. » Qu’il parte ou qu’il reste cet été, Lille devrait donc à tous les coups sortir gagnant.