Accès direct au contenu

Espagne - France

Griezmann : « LEspagne nest pas imbattable »

Antoine Griezmann

Présent à Paris pour une opération avec son équipementier Puma, Antoine Griezmann, l’espoir français de la Real Sociedad, nous a accordé une interview. ll pense que l'équipe de Didier Deschamps, défaite face au Japon, peut faire un coup face à la Roja.

Antoine, content de cette escapade parisienne chez Puma ?
Oui, ça fait plaisir. Et ça me fait du bien de revoir un peu les gens d’ici, et de voir d’autres personnes que les gens de Saint-Sébastien.

Puma développe une image "fun" au travers des sportifs sponsoriés, comme Usain Bolt notamment. Êtes-vous fier de faire partie de ces sportifs ?
Oui, je suis fier. Et l’objectif est d’être à leur niveau. Je travaille dans mon club pour pouvoir y arriver. Avec les recrues Falcao, Aguero et Yaya Touré, c’est en train de prendre une autre ampleur. Je pense être un peu comme Usain Bolt (sourire). J’aime bien rigoler et faire des blagues, et sur ce plan Puma me correspond.



Votre début de saison avec la Real Sociedad est compliqué (7 matchs, 4 défaites, 13e de Liga). Vous vous attendiez à ça ?
Le premier match, c’était Barcelone et après c’était Majorque. On savait que ça allait être difficile. La saison est longue, il reste beaucoup de matchs pour remonter la barre. L’objectif est de faire mieux que l’année dernière et essayer d’accrocher l’Europa League. Il faut montrer sur le terrain ce qu’on veut et être ambitieux à chaque match.

La Liga va-t-elle se résumer à un duel Barça-Real ?
Je pense que Valence ou Malaga vont venir chatouiller. Et Seville, qui est en train de bien revenir. Plus les années vont avancer et plus ça va être serré je pense.
 

« Je veux monter les échelons en Liga »


 

Vous avez eu l’opportunité de partir cet été ?
Non, dans ma tête c’était « rester à la Real ». J’ai signé un an de plus jusqu’en 2016 car je prends beaucoup de plaisir là-bas. Il n’y a pas eu de contact, je n’ai pas pris les coups de fils en vacances. C’était uniquement la Real.

Il y a eu des contacts avec l’OM l’hiver dernier ?
Non, ce n’était que des rumeurs. Personne ne m’a appelé, ni a appelé le club. Chaque mercato, il y aura des rumeurs, je ne fais pas attention. Pour l’instant, je suis bien à la Real, j’ai mes minutes, je suis en train de jouer, c’est ça qu’il me faut.

Quel est votre club de cœur en France ?
Lyon, depuis que je suis tout petit. J’allais voir les matchs de Ligue des Champions avec mon père.

Vous projeter de venir jouer en France un jour ?
Non, je veux monter les échelons en Liga. J’y suis bien, c’est pour moi l’un des meilleurs championnats du Monde. Dans le futur, on ne sait jamais ce qui peut se passer, mais pour l’instant c’est la Real.

Le début de saison de l’OM est tonitruant. Est-ce surprenant ?
Je ne trouve pas ça trop surprenant, parce qu’il y a de très bons joueurs, les frères Ayew et Gignac qui revient bien avec Elie Baup. Et derrière, ils sont costauds. J’espère pour eux que ça va continuer comme ça, et ce sera un bon championnat je pense.


 « Les Bleus, c’est un objectif »
 

Le PSG avec Ibrahimovic écrase tout. Paris peut-il gagner la Ligue des Champions cette année ?
Non je pense que ça va être dur. Chaque année Barça ou Madrid accroche les quarts ou les demi-finales, on voit tout le temps les mêmes équipes en demi-finales, je pense que ça va être dur mais dans les deux ou trois années qui viennent ils vont y être. Il faut prendre de l’expérience et que le groupe soit costaud aussi.

Pour voir un jour Griezmann et Benzema en attaque, ce sera en Bleu ou en Blanc ?
Je pense en Bleu. Pour moi aussi, c’est un objectif, tout en pensant aux Espoirs où on a des matchs très importants.

Mardi, il y a Espagne – France. Pensez-vous que Didier Deschamps réussira là où Laurent Blanc a échoué ?
Je pense que Didier Deschamps peut faire quelque chose. Et surtout, les joueurs. Ils ont un bon groupe et ils (les Espagnols) ne sont pas imbattables. La France peut rivaliser contre chaque équipe. C’est une nouvelle génération, des jeunes qui sont en train d’apprendre. Ils vont avoir plus d’expérience et ce sera mieux pour le groupe. Sur 90 minutes, ils peuvent battre n’importe qui.

Quand vous voyez des jeunes de votre âge comme Yanga-Mbiwa ou Sakho, ça vous donne envie de penser aux A ?
Oui, j’y pense, c’est un objectif. Mais voilà, je ne me mange pas la tête et je n’y pense pas au point de ne pas dormir la nuit. Je suis bien avec Espoirs, je suis fier de porter le maillot des Espoirs, on a des matchs important pour arriver à l’Euro (2013).

Découvrez Le 10 Sport de cette semaine en kiosques ou en ligne