Accès direct au contenu

Boulets

Le PSG peut remercier Edel Erding et Hoarau

Eliminé en 8e de finale de l'Europa League par Benfica, le PSG avait pourtant la place de passer. Surtout si Apoula Edel ne gardait pas la cage parisienne et si Erding et Hoarau savaient marquer.

Le PSG peut nourrir de sérieux regrets. Eliminé de l’Europa League au stade des huitièmes de finale par Benfica (3-2 sur l’ensemble des deux matchs), après avoir fait match nul (1-1) pour le retour au Parc des Princes, Paris avait largement les moyens de se qualifier pour le tour suivant. Mais comme c’est le cas depuis le début de saison, les deux principaux maux du PSG les ont condamnés : l’inefficacité de Mevlut Erding et de Guillaume Hoarau et les boulettes d’Apoula Edel.

Nouvelle boulette pour Edel

Une nouvelle fois, le gardien du PSG s’est illustré par une erreur qui a couté l’ouverture du score du Benfica (Gaitan, 27’). Certes, le milieu gauche du Benfica était libre de tout marquage et n’a pas étét attaqué par Sylvain Armand, mais Apoula Edel en anticipant prématurément le centre a tout simplement déserté son premier poteau, oubliant ainsi de boucher l’angle de tir de Gaitan qui ne s’est pas privé pour l’aligner. Une erreur de débutant. Mais les joueurs du Benfica avaient déjà pu apprécié la fébrilité d’Edel lorsque lors de leur premier corner (7’), le gardien du PSG se trouait complètement sur sa sortie aérienne, boxant du poing un ballon qui passait à vingt bons centimètres de sa main.

Erding et Hoarau ne sont pas des buteurs

Mais il ne faudrait pas jeter la pierre uniquement sur Apoula Edel. Mevlut Erding et Guillaume Hoarau ont eux aussi comme à l’accoutumée briller par leur maladresse devant le but. L’attaquant turc du PSG, transparent jusque là, aurait dû profiter d’un caviar de centre de Nenê, qui, si ses attaquants étaient réalistes, ne subiraient certainement pas les critiques qui s’abattent sur lui. A cinq mètres du but, Erding a tout simplement envoyé le ballon au dessus de la barre transversale de Jimenez. On ne pouvait pas faire pire. Si, avec Guillaume Hoarau, peu après son entrée en jeu qui a deux mètres du but n’avait plus qu’à pousser le ballon au fond des filets mais par un manque de précision évident tirait sur le gardien du Benfica (79’). Paris venait de laisser passer sa chance et la qualification pour les quarts de finale de l’Europa League. On ne mentionnera même pas le raté dans les dernières minutes de Jean-Eudes Maurice, qui ferait mieux de s’acheter des crampons adéquats pour ne pas glisser, plutôt que d’essayer de prétendre à une place de titulaire. Heureusement que Paris à Mamadou Sakho, auteur d'un match remarquable en tous points, pour sauver les apparences. Dommage pour sa progression qu'il soit obligé de jouer avec des bras-cassés.