Accès direct au contenu

Foot - Europa League

Europa League : « L’ASSE ? Le parfum de la Coupe d’Europe endort les joueurs »

OL - Astra

En barrage aller de l’Europa League, Saint-Étienne et Lyon ont réalisé une mauvaise opération. Des performances peu appréciées par les observateurs du foot français, à l’image de Denis Balbir.

Lors du tirage au sort des barrages de l’Europa League, le 8 août dernier, l’OL héritait du FC Astra Giurgiu et l’AS Saint-Étienne du Kardemir Karabükspor. Ce jour-là, nombreux étaient ceux qui voyaient déjà les deux clubs français qualifiés pour la phase de groupes de la compétition. On pensait alors l’Olympique Lyonnais continuer sur sa lancée de l’an dernier en Europa League. On espérait que l’incident Esbjerg soit oublié pour l’ASSE. Ce vendredi, les clubs français ont la gueule de bois. Les Verts se sont inclinés 1-0 en Turquie et l’OL a perdu 2-1 à Gerland… Il faudra donc montrer autre chose le 28 août.

« LE MOIS D’AOÛT EST CELUI DES DÉSILLUSIONS »

Sur son blog, Denis Balbir a livré son avis sur la performance des clubs français, et il n’y va pas par quatre chemins. « Ras le bol. Disons-le tout net, il y en a marre d’espérer tous les ans que les clubs français se bougent pour aller le plus loin possible en Europe et que rien ne se passe. Toute l’année, les clubs s’arrachent et se félicitent à la fin du mois de mai d’avoir gagné le droit de disputer une Coupe d’Europe (...) Le mois d’août est celui des désillusions. »

« ASTRA, KARABUKSPOR MÊME COMBAT… »

Le journaliste commence par juger la performance stéphanoise. « Il est anormal de voir Saint-Étienne plutôt logiquement s’incliner, et ce n’était ni Galatasaray, ni Fenerbahce, ni Trabzonspor. (…) Saint-Étienne aime la Coupe d’Europe, mais ce parfum excitant endort plus les joueurs qu’il ne les enivre. » Vient ensuite un couplet sur Lyon. « Vous connaissiez, vous, Astra ? (…) Et on va nous expliquer que, attention, le football roumain est extraordinaire, méconnu, mais pétri de qualités diverses et sûrement réelles », lâche-t-il. Balbir termine sur un ton laconique : « Il y a bien sûr un adversaire qui veut créer l’exploit. Astra, Karabukspor même combat… »

Articles liés