Accès direct au contenu

Foot - Real Madrid

Real Madrid : Une nouvelle polémique autour de Florentino Pérez ?

Florentino Pérez, Real Madrid

Dans le viseur d’une partie des supporters du Real Madrid depuis le début de saison, le président madrilène Florentino Pérez n’en finit plus de faire parler de lui…

Président ô combien emblématique du Real Madrid, qu’il a dirigé de 2000 à 2006 puis de 2009 à aujourd’hui, Florentino Pérez symbolise pour beaucoup les valeurs de gigantisme et d’excellence intrinsèque au club madrilène. Mais du côté de certains supporters et de certains socios du club, la politique du dirigeant espagnol et son mode de gestion ne passent pas. Très actifs en ce début de saison, les opposants de Florentino Pérez ne relâchent pas leurs efforts pour pointer du doigt les méthodes du puissant dirigeant.

QUAND PÉREZ N’APPLIQUE PAS À LUI-MÊME SES PROPRES RÈGLES…

Ainsi, plusieurs socios ont récemment critiqué la volonté de Florentino de « verrouiller » le droit de se présenter à l’élection présidentielle merengue en instaurant en 2012 des critères extrêmement stricts. Or, Florentino Pérez n’aurait lui-même pas respecté ces critères lors de sa dernière élection en 2013 ! Dans un communiqué publié par la LFP espagnole et relayé par le quotidien madrilène AS, la Ligue assure de son côté que légalement, Florentino Pérez n’était pas dans l’obligation formelle de respecter les statuts du Real Madrid pour être élu. Pas sûr cependant que cela suffise à faire taire ses opposants…

UN PRÉSIDENT CRITIQUÉ EN INTERNE

Carlos Mendoza, président de l’Association pour les Valeurs du Madridisme, s’était de son côté récemment indigné du mode de gestion de Florentino Pérez à Madrid. « Florentino Pérez veut investir 400M€ d’euros dans la reconstruction du stade Santiago-Bernabeu, un plan actuellement paralysé par le Tribunal Supérieur de Justice de Madrid. Nous avons demandé au club que ce projet soit soumis au vote, comme l’a fait le Barça avec le nouveau Camp Nou, mais la réponse a été négative. Ils nous ont dit qu’ils n’iraient pas vers un référendum mais vers l’Assemblée, et nous savons tous que celle-ci est contrôlée par le pouvoir », a-t-il par ailleurs ajouté.

Articles liés