Accès direct au contenu

Pas content

Arsenal : la nouvelle colère de Wenger

Alors qu’un conflit entre Wenger et Deschamps avait entouré la sélection et la blessure d’Abou Diaby, c’est au tour de Roy Hodgson, sélectionneur de l’Angleterre, et des médias de subir les critiques du coach des Gunners.

Après 15 mois d’absence suite à une fracture de la cheville droite, Jack Wilshere a récemment fait son retour sur les terrains de Premier League. Un retour qui a particulièrement plu au sélectionneur anglais qui a convoqué le Gunner pour le match amical face à la Suède, mercredi prochain. Après l’épisode Deschamps-Diaby, Arsène Wenger prouve une nouvelle fois que les matchs amicaux n’ont pas ses faveurs, des matchs qui selon lui « sont motivés par le désir de gagner de l'argent plutôt que par des raisons footballistiques ».

Un compromis avec Hodgson

Déjà distancé en Premier League, Wenger tient tout de même à préserver son effectif qui évolue encore sur tous les tableaux : « Jack se sent bien physiquement. Il retrouve petit à petit son meilleur niveau. Cela signifie que sa condition physique de base est bonne mais parfois, lorsque vous accumulez des matchs, vous devez avoir un peu de repos, pour récupérer et repartir encore plus fort ensuite » a déclaré le Français à The Guardian. Entretenant une bonne relation avec Roy Hodgson, Arsène Wenger a négocié le temps de jeu de Wilshere sous le maillot anglais. Le Gunner ne devrait jouer que 45 minutes même si Wenger espère un peu moins.

Critiques envers les médias

Suspendu ce week-end, Jack Wilshere aurait pu bénéficier de 10 jours de repos sans cette sélection. Selon Wenger, les médias auraient joués un rôle dans cette convocation : « Je l'ai vu venir, c'est tout ce que je peux dire. En raison de la suspension de Jack contre Fulham, à cause du fait que l'Angleterre cherche toujours son milieu de terrain, mais aussi parce que les médias ont mis un peu de pression pour le faire revenir aussi rapidement que possible. Vous avez toujours une grande influence sur la FA ». Wenger n’a plus qu’à croiser les doigts mercredi…