Accès direct au contenu

Foot - Chelsea

Chelsea : Daniel Riolo en rajoute une couche sur Mourinho !

José Mourinho, Chelsea

Très critique à l’égard de José Mourinho depuis quelques semaines, Daniel Riolo en a rajouté une couche jeudi soir sur les ondes de RMC, pointant du doigt la perception du jeu proposée par le technicien portugais de Chelsea.

Éliminé par l’Atletico Madrid cette semaine en demi-finale de la Ligue des Champions, Chelsea a notamment été victime des choix tactiques de José Mourinho, qui avait opté pour un schéma très défensif avec notamment Cesar Azpilicueta au milieu de terrain. Pour Daniel Riolo, qui ne se montre pas tendre avec le Special One depuis quelque temps, il s’agit d’un juste retour des choses.

LE NOUVEAU TACLE

Jeudi soir, sur les ondes de RMC, le journaliste a de nouveau taclé José Mourinho : « Mourinho, j’aime ne pas l’aimer », a t-il notamment lancé au sujet du technicien londonien. Il s’était déjà lâché à son sujet dans son édito jeudi matin : « Mourinho est en pleine obsession défensive. À domicile et après avoir ramené un 0/0 du match aller, il propose une compo avec seulement trois joueurs offensifs. C’est à contre-courant de tout ce qui se fait depuis des années. Même avec l’Inter en 2010, jamais il n’a proposé de tactique aussi fermée. Mourinho la serrure veut visiblement gagner la compétition de cette façon. Toutes les tactiques sont respectables. Je dis toujours et j’insiste, le foot ne doit jamais être uniforme. Mais on doit avoir le droit de ne pas aimer. Et personnellement, je déteste ça. C’est très rare que je regarde un match de cette façon, mais clairement je souhaite la défaite de ce « Boring Chelsea ». La dernière fois que j’avais souhaité la défaite d’une équipe, c’était en 2012. Chelsea, déjà… ».

PIERRE MÉNÈS VALIDE

De son côté, Pierre Ménès avait également allumé José Mourinho après le revers de Chelsea : « On ne peut bafouer le football de cette façon depuis des années sans être un jour puni. Après le match aller indigne au Vicente Calderon et la victoire invraisemblable à Liverpool, il y avait cette forme de snobisme, une façon de se gargariser de ce non-jeu, de ce béton absolu prôné par Mourinho. C'est à se demander si le Portugais lui-même ne s'est pas pris au jeu : en faisant l'équipe la moins attrayante possible, il devient la star principale du truc. Sauf qu'hier soir, le foot l'a puni ».

Articles liés